You are currently viewing Arnaud Gau­thier-Fawas, ni homme, ni femme, ni rien

Arnaud Gau­thier-Fawas, ni homme, ni femme, ni rien

Admi­nis­tra­teur de l’Inter-LGBT (une de ces asso­cia­tions dont le carac­tère salu­taire n’est plus, Dieu mer­ci, à démon­trer depuis long­temps), Arnaud Gau­thier-Fawas a récem­ment été la cible d’une série de moque­ries sur la toile pour avoir posé­ment répon­du à Daniel Schnei­der­mann qu’il n’était ni un homme, ni blanc. Ce loin­tain héri­tier de Des­cartes mérite pour­tant tout notre soutien.

Le pla­teau de l’émission en ligne @rrêt sur images a récem­ment été le théâtre d’une scène pro­di­gieu­se­ment ins­truc­tive. Alors que son pré­sen­ta­teur vedette s’étonnait de l’absence d’invitées fémi­nines pour par­ler de la Marche des Fier­tés (regret­tant donc, selon un rai­son­ne­ment pour le moins archaïque, de se trou­ver en pré­sence de « quatre hommes »), l’un de ses invi­tés ne s’est pas lais­sé faire : « Je ne sais pas ce qui vous fait dire que je suis un homme », lan­ça Arnaud Gau­thier-Fawas avec ce petit ton aigre qui signe tou­jours, à notre époque, l’appartenance au camp de la morale, du pro­grès et du bien sans limite. Et Schnei­der­mann de répondre par une sot­tise qui ne man­qua pas de sur­prendre, même venant de sa part : « L’apparence. »

L’apparence ! En 2018 ! Mais oui. On en est encore là. Sous pré­texte qu’Arnaud Gau­thier-Fawas serait un indi­vi­du bar­bu, avec une voix grave, vrai­sem­bla­ble­ment pour­vu d’un pénis et de tes­ti­cules, on pour­rait donc en déduire qu’il s’agit d’un homme ? C’est à se taper la tête contre les murs, en psal­mo­diant les œuvres com­plètes de Judith But­ler. Après cette pre­mière agres­sion cis­gen­rée, le débat put cepen­dant reprendre, Arnaud Gau­thier-Fawas ayant expri­mé sa souf­france (« c’est pas très agréable »), et pré­ci­sé qu’il se défi­nis­sait comme « non binaire, donc ni mas­cu­lin, ni féminin ».

La suite