You are currently viewing La Ser­bie, out­si­der du Mon­dial qui rêve tant de faire tom­ber les grands

La Ser­bie, out­si­der du Mon­dial qui rêve tant de faire tom­ber les grands

Les petites nations ne gagnent jamais le Mon­dial, à part l’Uruguay en 1930 et 1950. C’est un fait. Au regard des résul­tats obser­vés ces der­niers jours en Rus­sie, cepen­dant, on pour­rait se dire que ce tour­noi pour­rait être celui de la revanche des petits. Évi­dem­ment, une hiron­delle ne fait pas le prin­temps mais, par­mi ces petites équipes qui ont déga­gé une belle image ces der­niers jours en Rus­sie, celle de la Ser­bie pré­sente un pro­fil d’outsider sym­pa­thique sur lequel il est inté­res­sant de se pencher.

En Ser­bie, le sport est roi et, pour une nation de sept mil­lions d’habitants seule­ment, il est impres­sion­nant de voir le nombre de dis­ci­plines où les « Orlo­vi » (sobri­quet don­né aux spor­tifs serbes, qui signi­fie « les Aigles ») règnent par­mi les plus grands, que cela soit au ten­nis, en water-polo, aux sports de com­bat et, bien évi­dem­ment, en bas­ket et au foot.

En plus de la pas­sion pour le sport et le patrio­tisme che­villé au corps des Serbes qui expliquent leurs grands suc­cès inter­na­tio­naux, les Serbes de ce Mon­dial peuvent se tar­guer d’avoir quelques rai­sons de rêver. Tout d’abord, cette équipe est com­po­sée pour par­tie de jeunes foot­bal­leurs qui ont gagné le Mon­dial de foot des moins de 20 ans en 2015 en Nou­velle-Zélande en bat­tant le Bré­sil en finale. L’équipe est éga­le­ment com­po­sée de quelques stars qui évo­luent dans de très grands clubs du cham­pion­nat euro­péen (Kola­rov à l’AS Roma, Matić à Man­ches­ter Uni­ted, Milin­ko­vić-Savić à la Lazio, etc.) et dont l’expérience est pré­cieuse dans ce genre de tour­noi. Et, sur­tout, l’équipe a mon­tré un men­tal très fort et une rage de vaincre, que cela soit en phase pré­li­mi­naire, où elle a ter­mi­né pre­mière de son groupe, ou contre le Cos­ta Rica dimanche der­nier, où elle a gagné 1 – 0.

La suite