Le concert du rappeur Médine au Bataclan fait polémique

Le 13 novembre 2015, 90 personnes ont trouvé la mort au Bataclan. EDMOND SADAKA/SIPA

Des élus de droite et d’extrême droite jugent provocantes les paroles du rappeur dont un album s’intitule Jihad. Les politiques ont promis de tout faire pour empêcher le concert de se dérouler au sein du Bataclan en octobre.

Depuis l’annonce d’un concert de Médine au Bataclan, à Paris, la polémique enfle. Des élus LaREM, LR et Rassemblement national (ex-FN) ont protesté dimanche contre le spectacle, prévu en octobre, du rappeur havrais. Ce dernier avait suscité une polémique en 2015 avec le titre Don’t Laïk, paru une semaine avant l’attentat contre Charlie Hebdo. Sur le réseau social Twitter, dimanche, les hashtags #Bataclan et #Médine ont été largement utilisés. Une pétition lancée sur change.org par Grégory Roose, ex-délégué départemental du FN dans les Alpes-de-Haute-Provence, avait été signée dimanche par 8 600 personnes.

La cause de cette révolte : les paroles du rappeur. En 2015, dans son titre Don’t Laïk, il déclarait : « Crucifions les laïcards comme à Golgotha / Le polygame vaut bien mieux que l’ami Strauss-Kahn » ou encore « J’mets des fatwas sur la tête des cons ». Médine est également l’auteur d’un album intitulé Jihad, le plus grand combat est contre soi-même… » (2005).

La suite