You are currently viewing Affaire Alexis Koh­ler : le minis­tère de l’É­co­no­mie perquisitionné

Affaire Alexis Koh­ler : le minis­tère de l’É­co­no­mie perquisitionné

Le secré­taire géné­ral de l’Elysée, Alexis Koh­ler, le 3 jan­vier 2018. BENOIT TESSIER / REUTERS

Le secré­taire géné­ral de l’É­ly­sée, bras droit d’Em­ma­nuel Macron, est visé par une enquête du par­quet natio­nal finan­cier sur un éven­tuel conflit d’in­té­rêts entre ses postes dans la fonc­tion publique et ses liens avec l’ar­ma­teur ita­lo-suisse MSC.

Alexis Koh­ler, le bras droit d’Em­ma­nuel Macron a‑t-il favo­ri­sé un arma­teur pri­vé impli­qué dans des dis­cus­sions avec l’É­tat et auquel il est étroi­te­ment lié ? C’est, notam­ment, pour répondre à cette ques­tion que des per­qui­si­tions ont été menées ce mer­cre­di à Ber­cy dans le cadre de l’en­quête sur des soup­çons de conflit d’in­té­rêts visant le secré­taire géné­ral de l’É­ly­sée. Ces per­qui­si­tions ont été menées dans des bureaux du minis­tère de l’É­co­no­mie et des Finances, où Alexis Koh­ler a tra­vaillé entre 2012 et 2016, a affir­mé une source proche du dossier.

L’as­so­cia­tion Anti­cor, spé­cia­li­sée dans la lutte contre la cor­rup­tion et la fraude fis­cale, a dépo­sé plainte ven­dre­di der­nier auprès du par­quet natio­nal finan­cier (PNF) pour « prise illé­gale d’in­té­rêt » et « tra­fic d’in­fluence ». Lun­di, ce der­nier a annon­cé l’ou­ver­ture d’une enquête pré­li­mi­naire, indé­pen­dam­ment de la plainte d’An­ti­cor, « à la suite de la publi­ca­tion de plu­sieurs articles de presse » ini­tiés par Media­part début mai. La jus­tice s’in­té­resse de près à un éven­tuel conflit d’in­té­rêts entre les postes occu­pés par Alexis Koh­ler dans la fonc­tion publique et ses liens fami­liaux et pro­fes­sion­nels avec l’ar­ma­teur ita­lo-suisse MSC, client impor­tant de STX France, les chan­tiers navals de Saint-Nazaire. De loin le plus grand pour­voyeur de com­mandes de ces chan­tiers, l’ar­ma­teur a joué un rôle essen­tiel dans les dis­cus­sions sur leur ave­nir menées avec l’É­tat français.

La suite