Uni­ver­si­té Rennes-II : « Dégage de ma fac sale facho », une étu­diante contre la grève agres­sée après une AG

Uni­ver­si­té Rennes-II : « Dégage de ma fac sale facho », une étu­diante contre la grève agres­sée après une AG

L’as­sem­blée géné­rale étu­diante du 10 avril à l’u­ni­ver­si­té Rennes 2. — C. Allain / 20 Minutes

Ce lun­di, Julie (le pré­nom a été chan­gé) a osé reve­nir en assem­blée géné­rale à l’université Rennes-II. Mais pas seule. Mar­di der­nier, alors qu’ elle quit­tait l’AG tou­jours en cours pour rejoindre un autre cam­pus, elle a été agres­sée par deux hommes cagou­lés. « L’un d’entre eux m’a attra­pé le bras. Mon télé­phone a volé. L’autre m’a pris à la gorge tel­le­ment fort que j’ai gar­dée des marques pen­dant deux heures. Ils m’ont dit de déga­ger de la fac et m’ont trai­tée de facho. »

Julie a por­té plainte dans la fou­lée au com­mis­sa­riat de Rennes. Contac­tée, la police confirme. La veille, cer­tains étu­diants avaient fait de même, après avoir été agres­sés lors d’une ten­ta­tive de déblo­cage du cam­pus de Vil­le­jean. « On s’est fait lyn­cher », témoi­gnait l’une des per­sonnes pré­sentes lors de cette action. Faut-il y voir une forme d’intimidation de la part des étu­diants blo­queurs contre ceux qui sou­haitent reprendre les cours ? « Nous avons plu­sieurs per­sonnes qui ont été agres­sées en AG ou qui ont reçu des menaces de mort », confirme une repré­sen­tante de la Fage (Fédé­ra­tion des asso­cia­tions géné­rales étu­diantes).

La suite