La racaille s'affronte à la police à Toulouse
Toulouse : violents affrontements entre jeunes et force de l’ordre

Le commissariat de police de Bellefontaine, attaqué dimanche au cocktail molotov. Image Google Streetview. Google Maps

Des heurts ont éclaté dans la nuit de dimanche à lundi dans les quartiers de Bellefontaine et de la Reynerie à Toulouse (Haute-Garonne), entre des jeunes et les forces de l’ordre. Des affrontements ont lieu ce lundi soir, au moins deux personnes ont été interpellées.

Une centaine de jeunes s’est opposée aux forces de l’ordre, dimanche soir, à la Reynerie et à Bellefontaine, deux quartiers classés en zone de sécurité prioritaire (ZSP) à Toulouse. Au cours de la soirée, dix voitures ont été incendiées, ainsi qu’un engin de chantier tandis que le commissariat de police de Bellefontaine, visité en mars par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a été la cible de jets de pierres, a expliqué le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) adjoint, le commissaire Arnaud Bavois.

Ces incidents n’ont « fait aucun blessé » et n’ont donné lieu à « aucune interpellation », a-t-il ajouté. Une enquête en flagrance a été ouverte par le parquet de Toulouse pour violences aggravées avec armes et sur personnes dépositaires de l’autorité publique, dégradations et incitations à l’émeute, selon une source judiciaire. Les violences ont essentiellement eu lieu entre 20 heures et 23h30 mais le calme n’est revenu qu’après minuit. « Il y avait clairement une volonté de s’en prendre aux forces de l’ordre. Ça faisait bien longtemps qu’on n’avait pas vu ça », a constaté le commissaire Arnaud Bavois, décrivant des scènes de « grande violence » avec des jeunes qui ont mis le feu à des voitures et avec l’idée « de prendre les policiers en guet-apens ». Au total, plus de cent policiers, CRS et gendarmes ont été mobilisés pour ramener le calme. Un hélicoptère de la gendarmerie a également survolé les lieux.

La suite