You are currently viewing Les roya­listes en Mai 68. Par­tie 1 : Les roya­listes, ces oubliés de l’histoire ?
|

Les roya­listes en Mai 68. Par­tie 1 : Les roya­listes, ces oubliés de l’histoire ?

L’heure arrive de la remé­mo­ra­tion de Mai 68, et les publi­ca­tions consa­crées à ce sujet com­mencent à fleu­rir sur les tables des libraires, pour le meilleur comme pour le pire. La ques­tion d’une com­mé­mo­ra­tion offi­cielle a, semble-t-il, été aban­don­née par l’État, ce qui, pour le coup, aurait pu paraître un peu étrange pour un mou­ve­ment dont on dit sou­vent qu’il fut, d’a­bord, sub­ver­sif. Mais, en défi­ni­tive, n’y a‑t-il pas une cer­taine logique dans ce désir com­mé­mo­ra­tif d’un évé­ne­ment dont notre socié­té contem­po­raine, dans ses aspects socié­taux et même éco­no­miques, semble la légi­time héri­tière : n’est-ce pas ce que Daniel Cohn-Ben­dit paraît recon­naître quand il sou­tient le libé­ral-liber­ta­risme aux côtés de l’an­cien diri­geant du groupe d’ex­trême-droite Occi­dent Alain Made­lin, lui-même fervent néo­li­bé­ral euro­péen, et que, quelques années après, il rejoint bruyam­ment le can­di­dat (deve­nu pré­sident) Emma­nuel Macron, arguant là encore de son euro­péisme fon­da­men­tal, autre nom du « libé­ra­lisme sans entraves en Europe » ? A défaut d’y répondre aujourd’­hui de manière défi­ni­tive, la ques­tion mérite au moins d’être posée…

Dans cette mémoire de Mai 68, où sont les roya­listes ? Quelques lignes leur sont consa­crées dans le livre pas­sion­nant de Ludi­vine Ban­ti­gny, sobre­ment inti­tu­lé « 1968. De grands soirs en petits matins », mais leur trace reste bien peu visible dans la mémoire col­lec­tive, cin­quante ans après, comme s’ils n’a­vaient jamais exis­té en cette année-là et dans ces évé­ne­ments qu’ils ne pou­vaient, pour­tant, igno­rer. En fait, coin­cés entre le mar­teau de la contes­ta­tion et l’en­clume du Pou­voir, leur place n’é­tait guère com­mode et les ambi­guï­tés mêmes du roya­lisme de l’é­poque, qui ne se dénoue­ront qu’en par­tie dans les années 1970 et sin­gu­liè­re­ment avec la pre­mière décen­nie intel­lec­tuelle et mili­tante de la Nou­velle Action Fran­çaise de Ber­trand Renou­vin et Gérard Leclerc, ne plaident pas vrai­ment pour une his­toire simple et immé­dia­te­ment compréhensible…

La suite