You are currently viewing À Bor­deaux, la Chambre régio­nale des comptes épingle la ges­tion de Juppé

À Bor­deaux, la Chambre régio­nale des comptes épingle la ges­tion de Juppé

Alain Jup­pé. GEORGES GOBET/AFP

Le rap­port défi­ni­tif de la Chambre régio­nale des comptes n’a pas encore été ren­du public mais déjà les fuites dans la presse se sont mul­ti­pliées. Selon Sud Ouest, la CRC qui s’est inté­res­sée aux inves­tis­se­ments de la ville durant la période 2010 – 2015 a rele­vé quelques faci­li­tés comp­tables contraires au Code géné­ral des col­lec­ti­vi­tés locales. En clair, la mai­rie qui a, durant cette période, construit le stade Mat­mut-Atlan­tique, la Cité muni­ci­pale et de la Cité du vin aurait arran­gé ses comptes pour dis­si­mu­ler la crois­sance de son endet­te­ment. Celui-ci s’est éle­vé à 654 mil­lions d’eu­ros durant ces années, entraî­nant le dou­ble­ment de la dette de la ville qui serait pas­sée, elle, de 185 à 377 mil­lions d’eu­ros. Elle se serait sta­bi­li­sée à 343 mil­lions en 2016.

Le maire de Bor­deaux réfute ces cri­tiques. Il se défend et pré­cise de façon tech­nique dans une longue lettre que « la pra­tique de la Ville de Bor­deaux, comme celle d’une majo­ri­té de com­munes consis­tant à annu­ler les cré­dits de paie­ment non enga­gés et non man­da­tés en fin d’exer­cice pour les rou­vrir sur un exer­cice ulté­rieur dans le cadre du vote du bud­get, est conforme à la régle­men­ta­tion ». Il ajoute que, « sur la période, ces lis­sages de cré­dits ont repré­sen­té en moyenne 6 mil­lions d’eu­ros par an, soit à peine 8% du mon­tant des cré­dits repor­tés ». Mani­fes­te­ment aga­cé, le maire de Bor­deaux va plus loin puis­qu’il en appelle à la Cour des comptes, au minis­tère des Comptes publics et au minis­tère de l’In­té­rieur pour abon­der dans son sens et mon­trer que le vote des bud­gets suc­ces­sifs de la ville est conforme à la loi.

La suite