Une puis­sante leçon sur « la vraie Europe » lan­cée par des phi­lo­sophes européens

Une puis­sante leçon sur « la vraie Europe » lan­cée par des phi­lo­sophes européens

Une Europe en laquelle nous pou­vons croire » : la vibrante décla­ra­tion de Paris signée par des uni­ver­si­taires, pen­seurs et intel­lec­tuels de réunis à Paris veut rompre avec la double impos­ture de la « fausse Europe » : le supra­na­tio­na­lisme et le mul­ti­cul­tu­ra­lisme. Les signa­taires ont pris acte de la faillite idéo­lo­gique de l’UE actuelle et du risque pour l’Eu­rope, en minant ses nations à lais­ser s’é­va­nouir sa grande civi­li­sa­tion . Mais plu­tôt que de se tor­tu­rer d’an­goisses sté­riles et d’a­jou­ter encore un autre volume à la lit­té­ra­ture abon­dante sur « le déclin de l’Oc­ci­dent », ces pen­seurs euro­péens ont pré­fé­ré expri­mer posi­ti­ve­ment et solen­nel­le­ment leur atta­che­ment à ce qu’ils dénomment « la vraie Europe », cachée sous les abs­trac­tions à la mode et l’i­déo­lo­gie de notre époque. Cette Décla­ra­tion de Paris est un appel reten­tis­sant pour une com­pré­hen­sion renou­ve­lée et une appré­cia­tion du véri­table génie de l’Eu­rope. C’est une invi­ta­tion aux peuples d’Eu­rope à retrou­ver acti­ve­ment ce qu’il y a de meilleur dans notre héri­tage com­mun et à construire ensemble un ave­nir de paix, d’es­poir et de dignité.

1. L’Europe nous appar­tient et nous appar­te­nons à l’Europe. Ces terres consti­tuent notre mai­son, nous n’en avons aucune autre. Les rai­sons pour les­quelles nous ché­ris­sons l’Europe dépassent notre capa­ci­té à expli­quer ou jus­ti­fier cette fidé­li­té. C’est une affaire d’histoires com­munes, d’espérances et d’amours. C’est une affaire de cou­tumes, de périodes de joie et de dou­leur. C’est une affaire d’expériences enthou­sias­mantes de récon­ci­lia­tion, et de pro­messes d’un ave­nir par­ta­gé. Les pay­sages et les évè­ne­ments de l’Europe nous ren­voient des signi­fi­ca­tions propres, qui n’appartiennent pas aux autres. Notre mai­son est un lieu où les objets nous sont fami­liers et dans laquelle nous nous recon­nais­sons, quelle que soit la dis­tance qui nous en éloigne. L’Europe est notre civi­li­sa­tion, pour nous pré­cieuse et irremplaçable.

La suite