Éric Brunet dans le dernier « Valeurs actuelles » : La France doit reconnaître le génocide vendéen

Éric Brunet dans le dernier « Valeurs actuelles » : La France doit reconnaître le génocide vendéen

Malgré les travaux d’intellectuels et d’historiens, les massacres commis en 1793 et 1794 sont encore officiellement une campagne de pacification. Lorsque j’entends sur les chaines d’info nos politiques rabâcher leur « attachement aux valeurs de la République », je ne peux m’empêcher de penser aux 150 000 Vendéens massacrés au nom de ladite République. Des hommes, des femmes, des enfants, des vieillards, assassinés par les années de la République parce qu’ils avaient comme seul tort d’être nés vendéens. Des massacres qui préfigurent, cent cinquante ans plus tôt, les crimes du IlIe Reich : organisation de noyades collectives de civils, utilisation de fours à pain pour brûler vifs les villageois, et même première tentative de gazage de masse… La République française accepta la création de tanneries de peaux humaines permettant de réaliser des sacs et des pantalons en peau de Vendéens, et on utilisa leur graisse pour fabriquer du savon. À Noirmoutier, c’est tout simplement le premier camp d’extermination de l’histoire moderne qui fut créé.

Certes, au fil des siècles, la France s’est rendue coupable de nombreuses exactions : croisade contre les Albigeois, persécutions des protestants, traite négrière, antisémitisme d’État… Mais seuls les massacres de Vendée. pensés et organisés depuis Paris. sont encore occultés. Ils ne sont pas enseignés dans les manuels scolaires, ni traités au cinéma ou dans des téléfilms produits par notre télévision publique. Pourtant, depuis quelques années, les choses évoluent. Et si certains considèrent ces crimes comme le premier génocide moderne, c’est grâce à l’abnégation d’un homme : Reynald Secher.

La suite