de Chateaubriand, conservateur
« Le retour du conservatisme correspond à une aspiration profonde des Français »

François-René, vicomte de Chateaubriand. © Photo RMN-Grand Palais – G.

FIGAROVOX. – « Le conservatisme est à la mode », écrivez-vous dans votre introduction. Comment expliquer le renouveau des idées conservatrices, et le succès des essais en librairie ?

CHRISTOPHE BOUTIN / FREDERIC ROUVILLOIS. – Nous faisons effectivement le constat de la multiplication, dans les deux dernières années, d’ouvrages traitant du conservatisme, ou mettant en valeur des thématiques conservatrices. Mais le terme de « mode » est peut-être ambigu, en ce qu’il évoque quelque chose de manipulé, de secondaire et de passager. Or notre hypothèse est que ce retour du conservatisme, dont nous constatons la vigueur, correspond à une demande profonde des populations concernées, porte sur des valeurs et des éléments essentiels de leurs sociétés, et qu’il est donc certainement destiné à s’ancrer dans la durée. Derrière la diversité que peut recouvrir le terme de conservatisme, une diversité que notre Dictionnaire entend d’ailleurs traduire, on voit en effet se dessiner des lignes de force qui sont autant de réponses à des inquiétudes très profondément et largement ressenties. Tant que ces dernières persisteront, c’est-à-dire, tant que le problème de l’insécurité culturelle et identitaire ne sera pas résolu, il y aura une demande de réaffirmation d’un socle conservateur.

Emmanuel Macron a installé pendant la présidentielle l’idée d’un nouveau clivage entre conservateurs et progressistes. Ce clivage vous paraît-il plus pertinent que le clivage gauche/droite ?

Rappelons le contexte : Emmanuel Macron fait cette distinction dans le but de créer un vaste parti centriste qui évacuerait sur ses extrêmes droite et gauche des partis ou des groupes stigmatisés par le soi-disant « repli », repli sur une identité fantasmée à droite, repli sur des privilèges dépassés à gauche, tous incapables de déceler dans la marche en avant mondialiste l’unique futur sérieux de l’humanité. Mais cette manœuvre politicienne, dont nul ne niera l’efficacité spectaculaire, n’a que peu de réalité au regard de l’histoire des idées. L’extrême-gauche a en effet toujours communié dans le culte du Progrès, et ce n’est pas sa crispation sur quelques privilèges exorbitants accordés à son ultime potentiel électoral, les fonctionnaires et assimilés, qui la métamorphose miraculeusement en force conservatrice.

La suite