Déjà accu­sé de « faire s’envoler les mil­lions », Paris 2024 est sous haute surveillance
International Olympic Committee President Thomas Bach (C), Anne Hidalgo (2nd L), Mayor of Paris, Tony Estanguet (1st L), Co-chairman of Paris 2024, Eric Garcetti (2nd R), Mayor of Los Angeles, and Casey Wasserman, the chairman of LA 2028 take selfie after a joint press conference at the 131st IOC session in Lima

Déjà accu­sé de « faire s’envoler les mil­lions », Paris 2024 est sous haute surveillance

C’est le genre de polé­mique dont Paris 2024 ce serait bien pas­sé. Un article du site Média­part pour poin­ter du doigt le coût du voyage de la délé­ga­tion fran­çaise à Lima, il y a deux semaines, à l’occasion de la dési­gna­tion par le Comi­té inter­na­tio­nal olym­pique de Paris comme ville hôte des Jeux de 2024. Et un mon­tant total de la fac­ture qui a rapi­de­ment inter­pel­lé et fait tous­ser. « Hôtel cinq étoiles, meilleur res­tau­rant du pays, avion spé­cial, etc. : l’imposante délé­ga­tion fran­çaise pré­sente — qui n’avait pas d’adversaire — ne s’est pri­vée de rien », écrit ain­si le site, indi­quant que « la sau­te­rie de Lima et ses pré­pa­ra­tifs ont atteint un mon­tant… olym­pique : 1,5 mil­lion d’euros. Rame­née à 320 per­sonnes, la taille maxi­male de la plé­tho­rique délé­ga­tion fran­çaise, la dou­lou­reuse n’est pas moins impres­sion­nante : 4687 euros par tête, à la charge du GIP (Grou­pe­ment d’intérêt public) Paris 2024, finan­cé à 50 % par le public, pour une pré­sen­ta­tion sans enjeu et quelques jours de visite seule­ment ».

Du côté du comi­té de can­di­da­ture, il n’est pas peu dire que cette attaque en règle n’a guère été appré­ciée. Car ses membres savent que les oppo­sants aux Jeux olym­piques mais éga­le­ment les pou­voirs publics, le Pré­sident de la Répu­blique en tête, ont récla­mé que le dos­sier « Paris 2024 » soit exem­plaire au niveau des finances. Et évite les déra­pages bud­gé­taires et autres gabe­gies entre­vues lors des pré­cé­dentes olym­piades. Le sujet est aus­si sen­sible du côté du Comi­té inter­na­tio­nal olym­pique qui voit les villes can­di­dates à l’organisation des Jeux tou­jours moins nom­breuses suite à ces dérives finan­cières impres­sion­nantes. Donc cette « dou­lou­reuse » tombe par­ti­cu­liè­re­ment mal à l’entame de la construc­tion des Jeux pour les membres de Paris 2024 qui ont ten­té, ce mer­cre­di, de se défendre.

La suite