Déjà accusé de « faire s’envoler les millions », Paris 2024 est sous haute surveillance
International Olympic Committee President Thomas Bach (C), Anne Hidalgo (2nd L), Mayor of Paris, Tony Estanguet (1st L), Co-chairman of Paris 2024, Eric Garcetti (2nd R), Mayor of Los Angeles, and Casey Wasserman, the chairman of LA 2028 take selfie after a joint press conference at the 131st IOC session in Lima

Déjà accusé de « faire s’envoler les millions », Paris 2024 est sous haute surveillance

C’est le genre de polémique dont Paris 2024 ce serait bien passé. Un article du site Médiapart pour pointer du doigt le coût du voyage de la délégation française à Lima, il y a deux semaines, à l’occasion de la désignation par le Comité international olympique de Paris comme ville hôte des Jeux de 2024. Et un montant total de la facture qui a rapidement interpellé et fait tousser. « Hôtel cinq étoiles, meilleur restaurant du pays, avion spécial, etc. : l’imposante délégation française présente — qui n’avait pas d’adversaire — ne s’est privée de rien », écrit ainsi le site, indiquant que « la sauterie de Lima et ses préparatifs ont atteint un montant… olympique : 1,5 million d’euros. Ramenée à 320 personnes, la taille maximale de la pléthorique délégation française, la douloureuse n’est pas moins impressionnante : 4687 euros par tête, à la charge du GIP (Groupement d’intérêt public) Paris 2024, financé à 50 % par le public, pour une présentation sans enjeu et quelques jours de visite seulement ».

Du côté du comité de candidature, il n’est pas peu dire que cette attaque en règle n’a guère été appréciée. Car ses membres savent que les opposants aux Jeux olympiques mais également les pouvoirs publics, le Président de la République en tête, ont réclamé que le dossier « Paris 2024 » soit exemplaire au niveau des finances. Et évite les dérapages budgétaires et autres gabegies entrevues lors des précédentes olympiades. Le sujet est aussi sensible du côté du Comité international olympique qui voit les villes candidates à l’organisation des Jeux toujours moins nombreuses suite à ces dérives financières impressionnantes. Donc cette « douloureuse » tombe particulièrement mal à l’entame de la construction des Jeux pour les membres de Paris 2024 qui ont tenté, ce mercredi, de se défendre.

La suite