You are currently viewing Pierre Ber­gé, un mili­tant de gauche qui ne mâchait pas ses mots
|

Pierre Ber­gé, un mili­tant de gauche qui ne mâchait pas ses mots

Pierre Ber­gé aux côtés de Fran­çois et Danielle Mit­ter­rand en 1993 à l’O­pé­ra Bas­tille. PIERRE VERDY/AFP

« Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour tra­vailler à l’u­sine, quelle dif­fé­rence ? C’est faire un dis­tin­guo qui est choquant ».

Mécène, homme d’af­faires, col­lec­tion­neur, et mili­tant, Pierre Ber­gé est décé­dé ven­dre­di à 86 ans des suites d’une longue mala­die. L’homme né en 1930 à Saint-Pierre-d’O­lé­ron, était connu pour son enga­ge­ment dans le milieu cultu­rel où il a accom­pa­gné cer­taines grandes figures comme Yves Saint Laurent, bien sûr, ou encore l’é­cri­vain Jean Giono.

Homme de gauche, son enga­ge­ment cultu­rel lui a éga­le­ment per­mis de se rap­pro­cher de cer­tains poli­tiques, comme Fran­çois Mit­ter­rand, avec qui il a entre­te­nu une grande com­pli­ci­té. Pierre Ber­gé a notam­ment contri­bué à sa réélec­tion en 1988 alors qu’il était action­naire majo­ri­taire du maga­zine Globe. Un sou­tien qui lui per­met­tra notam­Sa réus­site dans le monde des affaires lui per­met de finan­cer les cam­pagnes élec­to­rales des poli­tiques qu’il sou­tient. Comme celle de Ber­trand Dela­noë, en 2001, pour la Mai­rie de Paris. En 2007, il finance éga­le­ment la cam­pagne de Ségo­lène Royal lors de la pré­si­den­tielle ou encore celle d’Em­ma­nuel Macron en 2017. Ven­dre­di, le Par­ti socia­liste a réagi à son décès en écri­vant : « Les mots nous manquent pour saluer cet homme de pas­sion et de culture, esthète, ico­no­claste, grand mécène des Arts, homme libre et mili­tant infa­ti­gable de l’é­ga­li­té, qui s’est tou­jours vou­lu citoyen du monde ». ment d’être nom­mé ensuite à la tête de l’O­pé­ra de Paris.

La suite