You are currently viewing L’A­frique Réelle N°92 – Août 2017
|

L’A­frique Réelle N°92 – Août 2017

Som­maire

Actua­li­té :

Mali : la France entre Bar­khane et le G5 Sahel

Dos­sier Rwan­da : Allons-nous enfin savoir qui sont les assas­sins du pré­sident Habyarimana ?

  • - Le curieux mis­sile du Kivu
  • - Que contient le dos­sier du juge Her­baut, suc­ces­seur du juge Trévidic ?

Livres :

Sétif, encore et encore…

Edi­to­rial de Ber­nard Lugan

Face au chaos libyen qu’ils ont pro­vo­qué, s’obstinant à nier le réel et encal­mi­nés dans le néo­co­lo­nia­lisme démo­cra­tique, les « Occi­den­taux » ont pré­ten­du recons­truire la Libye autour d’un fan­to­ma­tique gou­ver­ne­ment d’ « Union natio­nale ». Pré­si­dé par M. Fayez Sar­raj, ce GUN est en réa­li­té l’otage des milices isla­mistes de Tri­po­li­taine et des Frères musul­mans de Misrata.
Face à cette poli­tique « hors sol », la Rus­sie a dérou­lé un plan repo­sant sur les rap­ports de force mili­taires. Sa conclu­sion fut le voyage que le géné­ral Haf­tar – l’homme avec lequel la « diplo­ma­tie » euro­péenne refu­sait de par­ler direc­te­ment -, effec­tua à Mos­cou les 27 et 28 novembre 2016.
Du jour au len­de­main, les nains poli­tiques de l’UE réa­li­sèrent alors que le « rebelle obs­tacle à la démo­cra­ti­sa­tion de la Libye » était en réa­li­té le maître de la Cyré­naïque, qu’il dis­po­sait de la seule force mili­taire du pays, qu’il contrô­lait 85% de ses réserves de pétrole, 70% de celles de gaz, 5 de ses 6 ter­mi­naux pétro­liers, 4 de ses 5 raf­fi­ne­ries, et qu’il avait l’appui de la confé­dé­ra­tion tri­bale de Cyré­naïque ain­si que celui des tri­bus kadha­fistes de Tripolitaine[1].
Le 25 juillet 2017, le pré­sident Macron a orga­ni­sé une ren­contre entre Fayez Sar­raj et le géné­ral Haf­tar, ce der­nier voyant ain­si sa sta­ture inter­na­tio­nale confor­tée. Les deux hommes ont conclu un accord non signé et non ratifié.
Que peut-il en résul­ter alors que le géné­ral Haf­tar est le maître de la Cyré­naïque quand Fayez Sar­raj ne contrôle même pas Tri­po­li et vit sous la menace per­ma­nente des milices ?
Les deux hommes se sont enga­gés à orga­ni­ser des élec­tions. Certes, mais la Libye a déjà connu plu­sieurs scru­tins qui n’ont à aucun moment per­mis d’avancer sur le che­min de la paix. De plus, comme le Conseil des tri­bus n’a pas été par­tie pre­nante à cet accord, si Seif al-Islam Kadha­fi n’y est pas asso­cié d’une manière ou d’une autre, il demeu­re­ra lettre morte.