La Monarchie pour une vraie démocratie”. Partie 3 : Quand la République oublie les libertés…
|

La Monarchie pour une vraie démocratie”. Partie 3 : Quand la République oublie les libertés…

Nous, royalistes, voulons un retournement politique, ce que certains pourraient nommer une «  révolution  », mais le terme peut tromper sur ses formes et conséquences, et rappeler de mauvais souvenirs à ceux qui ont la mémoire longue et sensible. Nous voulons donc la démocratie à la base et la monarchie à la tête, comme une remise en cause de ce qui est actuellement et une remise en ordre de la nation dans toutes ses particularités et dans son unité profonde. Nous voulons un nouvel équilibre des pouvoirs qui ne doit plus être cette disharmonie permanente et injuste issue de la Révolution jacobine.

Ce retournement, c’est une véritable décentralisation des pouvoirs et non une simple déconcentration ; c’est l’autonomie des pouvoirs régionaux, communaux et professionnels, dans le cadre de l’unité française.

Ce n’est donc pas cette République qui, en 2014, raye d’un trait de plume l’Alsace pour l’intégrer légalement et administrativement dans une super-région technocratique et sans âme. Ce n’est pas cette République qui refuse aux Nantais de pouvoir redevenir Bretons depuis 1955, contre l’avis même des populations locales et, aussi, contre l’histoire de la ville, capitale des ducs, et de la Bretagne toute entière ; ce n’est pas cette République qui refuse certains prénoms celtiques à l’état civil pour de mauvaises raisons administratives, comme cela est encore arrivé en avril dernier à Quimper ; ce n’est pas cette République qui impose, au nom de directives européennes qui lui sont supérieures (si l’on en croit les juristes), une libéralisation violente qui entraîne la disparition des services publics dans les villages et les villes moyennes de France sous prétexte de « rentabilité » et de « lutte contre les déficits » qui, pour ces derniers, ne cessent néanmoins de se creuser toujours plus au fil des années…

La suite