La Serbie réhabilite les Tchetniks, son armée de résistants royalistes durant la Seconde guerre mondiale

La Serbie réhabilite les Tchetniks, son armée de résistants royalistes durant la Seconde guerre mondiale

Il y’a quelques jours après 5 ans de procédure entamée par son arrière-petite-fille, la cour de justice de Valjevo a réhabilité officiellement le commandant d’une unité tchetnik de montagne, le royaliste  Nikola Kalabic, probablement exécuté en janvier 1946 par les communistes de Tito. Après un long débat de 2 ans au parlement sur le projet de loi de réhabilitation des anciens résistants royalistes, commencé en 2004 sous l’impulsion du leader monarchiste Vuk Drašković et dont les derniers articles ont été adoptés officiellement en 2011, plus de 700 tchetniks ont fait l’objet d’une réhabilitation officielle par des cours de justices de Serbie.

Ces “membres d’une compagnie militaire” ou “combattants armés” avaient été réunis sous le drapeau de la royauté par le colonel Dragoljub (dit Draža) Mihailović au lendemain de l’invasion nazie, en avril 1941. Les allemands n’avaient que peu apprécié ce coup d’état qui avait fait rompre le pacte de collaboration germano-yougoslave et conforté les droits du jeune roi Pierre II Karađorđević., à peine âgé de 11 ans. Mihailović et plusieurs ex-officiers de l’armée royale avaient alors efficacement constitué de petits groupes de royalistes armés, l’Armée yougoslave de la patrie composée de 46000 hommes, harcelant quotidiennement les troupes du chancelier Hitler. Ce dernier avait d’ailleurs rapidement mis sa tête à prix pour 100 000 reichsmarks chacun. Avec la petite rébellion communiste du Conseil antifasciste de Libération nationale de Yougoslavie dirigé par Joseph Tito,  Mihailović passe un accord en octobre 1941. Mais des dissensions éclatent rapidement entre les deux hommes quant aux actions à mener contre la Wehrmacht. Tito ignore les ordres qui lui sont donnés. En représailles, les nazis massacreront et exécuteront sommairement 7 000 habitants de Valjevo et des environs. Furieux, Mihailović rompt avec Tito ; les deux groupes seront désormais des ennemis irréconciliables.

La suite