You are currently viewing Frère Adrien Candiard : « Je suis sous le choc de ce double attentat en Égypte »
Adrien Candiard, frère dominicain et membre de l'Institut dominicain d'études orientales (Ideo) au Caire, il pose ici à l'occaion d'un entretien avec Le Figaro, au cours duquel il nous parle du livre qu'il vient de publier aux Editions Flammarion "Comprendre l'Islam (ou plutôt : pourquoi on n'y comprend rien)".

Frère Adrien Candiard : « Je suis sous le choc de ce double attentat en Égypte »

Frère Adrien Candiard, dominicain ©J-C.MARMARA-FIGAROPHOTO

Dominicain installé au Caire, le frère Adrien Candiard réagit au double attentat particulièrement meurtrier des Rameaux contre des fidèles chrétiens à Tanta et Alexandrie.

Que savez-vous de cet attentat qui vient de survenir et qui a bouleversé ce matin le pape lui-même ?

Je suis sous le choc des attentats qui viennent de se produire. Non pas qu’ils soient tout à fait surprenants : on savait que l’État islamique, présent en particulier au Sinaï, avait décidé de viser spécialement les chrétiens, et il l’avait montré tant par l’attentat de janvier dans une église du Caire que par les attaques contre les chrétiens de la ville d’al-Arish, contraints de quitter la région. Mais ces attaques, dont une visant le pape copte, contre des foules venues célébrer la joie des Rameaux, et commencer la semaine sainte… On l’appelle ici “la semaine de la Passion” : nous y sommes plus que jamais.

Pourquoi les coptes sont-ils devenus des cibles de choix pour les islamistes en Égypte ?

Les jihadistes ont un programme : mettre fin à la diversité religieuse au Proche et Moyen-Orient. Depuis des siècles, des dizaines de religions et confessions différentes y cohabitent, pas toujours très harmonieusement, mais c’est la région du monde où la diversité religieuse a été, historiquement, la plus grande. Or, en une génération, elle s’est réduite spectaculairement, en Irak, en Syrie, en Palestine… La plus grande communauté chrétienne de la région, et de loin, ce sont les coptes, les chrétiens d’Égypte. Cette stratégie de la terreur vise à les faire partir à leur tour. S’y ajoute également une forme d’attaque contre le régime actuel : la prise de pouvoir du maréchal Sissi, contre les Frères musulmans, en 2013, a été soutenue par beaucoup de chrétiens, inquiets de voir les islamistes au pouvoir.