You are currently viewing La fronde a parfois du bon !

La fronde a parfois du bon !

Par Julien

Les Lignes Bougent

En 1648, Louis XIV est encore un enfant. Anne d’Autriche est la régente de la France et Mazarin son Premier ministre.
Dès le mois de juin de cette année, une partie des grands du Royaume insatisfaits de la montée du pouvoir royal, se rebelle. 
La Fronde visait Mazarin avant de chercher à s’en prendre au jeune roi encore dans sa minorité. 
Pierre Goubert, historien de l’Ancien Régime, nous a rappelé l’événement en ces termes :

“…Celui qu’elle visait sut, malgré des erreurs, soupeser, contourner, mépriser et finalement dominer et vaincre, avec une fureur dans le travail et une souplesse dans l’intelligence dont on trouverait difficilement l’équivalent.”

On dirait aujourd’hui que le ministre “a fait le job”. 
Cet événement a marqué Louis XIV. Par réaction, il a imposé sa main de fer à tous durant son règne. 
Depuis, les temps ont bien changé. 
Mais la notion de fronde est restée. 
Et elle est parfois vue de manière positive. 
Emmanuel Macron, notre cher Président élu, n’est pas Louis XIV. Jean Castex n’est pas Mazarin. 
En revanche, depuis quelque temps, une partie des députés s’en prend directement au gouvernement et lui reproche vertement sa gestion de la crise sanitaire. 
Ce qui est en jeu : c’est la liberté. 

Le discours de Jean-Luc Mélenchon à l’Assemblée Nationale 

Dans une allocution à la fois truculente et pleine de bon sens, le député Jean-Luc Mélenchon estime que le gouvernement a semé un chaos indescriptible, notamment en Martinique et en Guadeloupe, à cause de son imprévoyance. (1)
Il a regretté l’envoi de 60 pages de consignes la veille de la rentrée scolaire aux enseignants. 
Selon lui, ces derniers ont à peine eu le temps de prendre connaissance de ces longues instructions sanitaires.  
Il rappelle qu’il est opposé aux passe-sanitaire et vaccinal.
Pour lui, ces mesures portent atteinte aux libertés des Français et sont inefficaces. Il a qualifié ces mesures “d’illusion” parce que même les vaccinés transmettent le virus. 
Il rappelle également que les vaccins sont protégés par des licences qui pourraient être levées. Mais le gouvernement refuse cette option. 
Il demande à quoi servent les 91% de vaccinés en France si dans le même temps l’on enregistre des records de contamination. 
Enfin, il s’inquiète de l’évolution du mode de contrôle des citoyens, qui dans les années 80 n’étaient pas ou peu contrôlés sur leur identité et qui désormais, peuvent l’être à chaque coin de rue et même dans les bars par presque n’importe qui. 

La réponse du Gouvernement 

Monsieur Véran répond plutôt à côté. Il raille le “député Mélenchon” sur ses “erreurs” et estime que ses positions sont électoralistes. 
Il associe par ailleurs ses prises de position à celles de Messieurs Dupont-Aignan et Philippot et de Madame Le Pen. 
Et en effet ces responsables politiques, eux aussi, ont davantage défendu la liberté depuis le début de la crise sanitaire que le gouvernement. 
Il est frappant de voir que ce sont des partis de droite ou de gauche dures, parfois qualifiés d’extrêmes, qui réclament davantage de liberté et que les députés du centre réputés libéraux ou libertaires sont ceux qui les retirent…
Vous me direz que chacun est dans son rôle. Le gouvernement gouverne et les oppositions s’opposent. 
Sûrement. 
En tout cas, la réponse très politicienne du ministre de la Santé ne répond pas aux questions de fond : où allons-nous ? Et jusqu’où iront-ils dans les restrictions de liberté ? 
Les non-vaccinés vont-ils être interdits de soins ? de droit de vote ?
Ceux qui n’ont que deux doses sont-ils bannis du système ? 
Les enseignants qui ont osé manifester à la rentrée de janvier vont-ils eux-aussi être exclus du système ? 
Peut-on vraiment appeler sanitaire une crise qui voit disparaître le nombre d’hôpitaux et de soignants ? 

Qui a du sang sur les mains ? 

En août 2021, Nicolas Dupont-Aignan avait dit (2) : 

“Le professeur Raoult a sauvé des vies en soignant précocement les malades : il est viré. Les autres ont des milliers de morts sur la conscience en les confinant chez eux avec du doliprane et ils pavanent dans les médias.”

Le Dr Jérôme Marty, médecin généraliste et représentant syndical, devenu médiatique depuis la crise sanitaire, avait répondu : 

“Vous venez publiquement de porter la plus grave accusation qui soit à l’égard de notre corporation par des propos diffamatoires. J’aurai donc l’honneur de porter plainte contre vous”.

Il a ensuite porté plainte avec d’autres médecins contre le responsable politique. 
À cette occasion, Jérôme Marty a ajouté (3):

“Quand tu as un homme politique de premier plan au niveau national qui s’en va dire que les médecins ont des milliers de morts sur la conscience, dans l’ambiance actuelle… Si tu as des gens qui sont un peu excités et qui entendent ça, ils peuvent se dire qu’il n’y a qu’à aller les violenter. De plus, notre profession n’a jamais laissé qui que ce soit sur le côté.”

Et de fait, Jérôme Marty aurait récemment fait l’objet de menaces et aurait engagé un garde du corps pour se protéger. 
Cela ne l’a pas empêché de dire il y a quelques jours que les “antivax” avaient “du sang sur la main” en considérant qu’ils diffusaient de fausses informations. 
Ce type d’échange montre le peu de sérénité avec laquelle nous traversons cette crise sanitaire. 
Les invectives des uns vis-à-vis des autres n’apportent rien. 
Accuser les uns ou les autres ne fera pas revenir les morts. 
Cela n’adoucira pas les violences faites aux vivants.
La seule chose que l’on puisse faire maintenant est d’essayer d’adopter une vision plus large, plus sociétale. 
Nous ne sommes plus dans une crise sanitaire. Elle est désormais sociale, économique, systémique peut-être. 
Comment sort-on de là ? 

Deux ans déjà 

L’épidémie de coronavirus a commencé à sévir en France en mars 2020. Durant deux mois la mortalité liée au virus a été élevée. Puis en mai 2020 elle a baissé. De vagues en vagues, elle a baissé. (4)
Le nombre de personnes hospitalisées pour le covid 19 a représenté 2% des hospitalisations en 2020 et 5% des réanimations. (5)
Mais le temps de travail lié au covid était plus long que pour les autres maladies. La pression liée au covid 19 était également plus élevée. (5)
Toutefois, il n’y a plus vraiment de surprises liées aux chiffres. 
Ils sont connus, ils devraient être maîtrisés. 
Le nombre de soignants opérationnels aurait dû augmenter. Il a baissé. (6)
Le nombre de lits capables de recevoir des patients aurait dû augmenter. Il a baissé. (6)
Les hôpitaux sont surchargés tous les hivers depuis 10 ans. (7,8,9,10)
Les plans blancs sont lancés chaque année pour “sauver l’hôpital”. 
Le covid n’a fait qu’accélérer la tendance. 
Rien n’a été fait pour prévenir l’obésité qui est l’une des comorbidités les plus touchées par le covid 19.
Aucun plan global sur la santé n’est à l’étude. 
Rien n’est prévu pour les anciens, rien n’est pensé pour les enfants. Et les étudiants enfermés dans un monde soudain limité, sans voyage, sans avenir, sans joie, qui s’en préoccupe ? 
On peut comprendre l’impéritie des pouvoirs publics il y a deux ans. La situation était nouvelle, incertaine, inquiétante. Mais maintenant ? 

Vive la fronde !

Une grande torpeur a saisi la France et l’Occident. 
Il faut en sortir. Il faut sortir de la peur. La vie doit reprendre. Elle doit reprendre avec le virus. 
Il est temps de sortir des injonctions, des réductions de libertés et des discours de la peur déguisés en discours sur la responsabilité. 
Et si des députés commencent à réagir, et à vouloir défendre les libertés des citoyens. Tant mieux. Ils sont dans leur rôle. 
Les médecins soignent. Les responsables politiques débattent et votent des lois. Les citoyens responsables votent pour des candidats qui défendent leurs droits et leurs intérêts. 
Soudain, cet équilibre paraît bien fragile. 
Les médecins font de la politique, les citoyens se terrent et les responsables politiques accusent. 
Il est bon qu’un esprit de fronde et de liberté vienne réveiller tout le monde !

Source : Les lignes bougent

Références :
1. https://www.youtube.com/watch?v=P4omcmEQlvQ
2. 
https://www.nrpyrenees.fr/2021/08/24/le-medecin-jerome-marty-sen-prend-a-nicolas-dupont-aignan-9747735.php
3. 
https://www.ladepeche.fr/2021/09/18/covid-19-face-aux-menaces-des-anti-vaccins-le-docteur-jerome-marty-a-engage-un-garde-du-corps-9798280.php
4. 
https://ourworldindata.org/coronavirus/country/france#how-many-tests-are-performed-each-day
5. 
https://www.atih.sante.fr/analyse-de-l-activite-hospitaliere-2020
6. 
https://www.france24.com/fr/france/20211029-p%C3%A9nurie-de-soignants-le-mod%C3%A8le-hospitalier-fran%C3%A7ais-au-bord-de-la-rupture
7. 
https://www.lepoint.fr/societe/epidemie-de-grippe-hopitaux-surcharges-les-urgentistes-s-alarment-19-02-2015-1906447_23.php
8. 
https://www.leparisien.fr/societe/urgences-saturees-face-a-la-grippe-des-gens-attendent-plus-de-huit-heures-dans-les-couloirs-13-02-2019-8011185.php
9. 
https://www.leparisien.fr/societe/les-hopitaux-en-surchauffe-trop-de-malades-sur-des-brancards-25-03-2018-7628547.php
10. 
https://www.contrepoints.org/2020/10/26/382896-covid-19-hopitaux-satures-rien-de-nouveau