Marée noire au Mont-Saint-Michel

Marée noire au Mont-Saint-Michel

Ras­su­rez-vous, les petits agneaux des prés salés qui broutent pai­si­ble­ment sur la baie du Mont-Saint-Michel ne seront pas conta­mi­nés par des nappes de pétrole ! Pas de catas­trophe éco­lo­gique en vue mais bien un cata­clysme idéo­lo­gique pour les mau­vaises langues. Cette marée noire vient donc d’une remarque cynique de Libé­ra­tion et de ses inter­nautes qui cri­tiquent la nomi­na­tion du nou­veau rec­teur du lieu. Le dio­cèse de Cou­tances annonce, en effet, sur son site que « Don Mau­rice Franc, en accord avec la com­mu­nau­té Saint-Mar­tin, est nom­mé rec­teur du sanc­tuaire du Mont Saint Michel à par­tir du 1er sep­tembre 2021. Il est char­gé pen­dant un an d’étudier les moda­li­tés d’implantation de la com­mu­nau­té Saint-Mar­tin sur le sanc­tuaire et ses envi­rons pour sep­tembre 2022. » Il est donc pro­bable que si cette mis­sion explo­ra­toire devait abou­tir, quelques abbés en sou­tane déam­bu­le­raient dans les allées par­mi les 2,5 mil­lions de tou­ristes annuels.

« D’ici février, nous allons devoir pré­sen­ter un vrai pro­jet cohé­rent à par­tir des élé­ments don­nés par le dio­cèse, réflé­chir à la per­ti­nence de la com­mu­nau­té dans ce pro­jet ain­si qu’à ma pré­sence au Mont, si je suis d’accord pour y res­ter », expli­quait Don Mau­rice Franc à La Croix. Il n’en fal­lait pas moins pour déclen­cher l’ire de Libé­ra­tion qui titre sur l’arrivée des « cathos iden­ti­taires », ceux qui « ont bat­tu le pavé contre le mariage pour tous » et ceux qui ont mené « la bataille de la messe » devant le Conseil d’État pen­dant le confi­ne­ment : une vraie menace sépa­ra­tiste, en somme.

La suite