Confi­ne­ment : la culture, c’est fini !

Confi­ne­ment : la culture, c’est fini !

Nous ne vivons plus que pour tra­vailler. Nous ne vivons plus que pour payer notre tri­but au Moloch éta­tique. Métro, bou­lot, dodo.

« Quand j’entends le mot culture, je sors mon couvre-feu ». Ce mot his­to­rique attri­bué au loca­taire de Mati­gnon est, bien sûr, comme tous les mots his­to­riques par­fai­te­ment apocryphe.

Sous pré­texte de Covid, dont la viru­lence ne se mani­feste ni dans les trans­ports en com­mun, ni sur les lieux de tra­vail, ni dans les grandes sur­faces mais uni­que­ment dans les salles de spec­tacle, et plus spé­ci­fi­que­ment à comp­ter de 20 heures, la vie cultu­relle n’existe plus.

Je parle ici de la culture « bio ». La culture « en conserve » nous y avons tous accès en per­ma­nence. Mais la culture qui nous amène à sor­tir de chez nous pour aller voir une pièce de théâtre, un concert, un film, cette culture-là n’existe plus.

La suite