L’A­frique Réelle n°128 – Août 2020
|

L’A­frique Réelle n°128 – Août 2020

Som­maire

Dos­sier : Le vol­can éthio­pien
- L’Ethiopie à la croi­sée des che­mins (1991 – 2020)
- La mosaïque eth­nique éthio­pienne
- La ques­tion  Oro­mo

Dos­sier : Congo, l’injustifiable repen­tance belge
- Si la Bel­gique doit s’excuser de quelque chose, c’est d’avoir accor­dé l’indépendance trop tôt et trop rapi­de­ment au Congo
- La démo­cra­tie eth­nique congo­laise
- La Bel­gique doit-elle deman­der par­don d’avoir com­bat­tu les escla­va­gistes ?
- La Bel­gique n’a pas pillé le Congo
- L’immense œuvre colo­niale belge au Congo

Edi­to­rial de Ber­nard Lugan : Les Oro­mo fini­ront-ils par détruire l’E­thio­pie ?

Les évè­ne­ments qui secouent actuel­le­ment l’Ethiopie démontrent une fois de plus qu’en Afrique, si l’ethnie n’explique pas tout, rien ne s’explique sans elle. En effet, voi­là un vieil Etat mosaïque jadis ras­sem­blé par les Amha­ra aux­quels, en 1991, ont suc­cé­dé les Tigréens, et qui voit aujourd’hui s’opposer de nou­veau ses eth­nies. A telle enseigne que l’existence même du pays est mena­cée. 
Et que les idéo­logues de l’africanisme fran­çais ne viennent pas nous dire une fois de plus qu’il s’agit là du résul­tat de la colo­ni­sa­tion. Hor­mis une plus que brève paren­thèse ita­lienne de six années, l’Ethiopie ne fut en effet jamais colo­ni­sée. Quant à l’actuelle reven­di­ca­tion des Oro­mo (envi­ron 40% de la popu­la­tion), ceux qui étaient péjo­ra­ti­ve­ment appe­lés Gal­la, elle résulte d’invasions ayant débu­té au XVIe siècle.Avec sagesse, les auto­ri­tés éthio­piennes des années 1990 avaient ten­té de régler la ques­tion eth­nique minant le pays au moyen d’une consti­tu­tion eth­no-fédé­rale. Durant deux décen­nies, l’expérience sem­bla réus­sir. Mais dès 2012, après la mort de Mélès Zena­wi, le lea­der­ship des Tigréens fut contes­té et, depuis, l’unité du pays est de nou­veau mena­cée. Or, l’Ethiopie est la clé de voûte de la sta­bi­li­té d’une région stra­té­gique dans laquelle se super­posent les conflits.

La suite