Ada­ma Trao­ré : la jus­tice indem­nise son ancien codé­te­nu pour vio­lences sexuelles « avérées »

Ada­ma Trao­ré : la jus­tice indem­nise son ancien codé­te­nu pour vio­lences sexuelles « avérées »

L’an­cien codé­te­nu d’A­da­ma Trao­ré, qui l’a­vait accu­sé d’a­gres­sions sexuelles et vio­lences en pri­son, a été indem­ni­sé pour ces faits « recon­nus comme avérés ».

Un ancien codé­te­nu d’A­da­ma Trao­ré, qui avait accu­sé ce jeune homme, mort en 2016 après une inter­pel­la­tion par les gen­darmes, d’a­gres­sions sexuelles et vio­lences en pri­son, a été indem­ni­sé pour ces faits « recon­nus comme avé­rés » par une juri­dic­tion spé­cia­li­sée, a indi­qué ce mer­cre­di le par­quet de Pon­toise dans le Val-d’Oise. L’in­dem­ni­sa­tion résulte d’une déci­sion ren­due le 12 mars par la Com­mis­sion d’in­dem­ni­sa­tion des vic­times d’in­frac­tions (CIVI) de Pon­toise, a pré­ci­sé le par­quet, confir­mant une infor­ma­tion du Point

Cette juri­dic­tion spé­cia­li­sée est char­gée de déter­mi­ner « l’in­dem­ni­sa­tion des pré­ju­dices allé­gués par une vic­time sus­cep­tibles de résul­ter d’in­frac­tions pénales », a expli­qué cette source. Le codé­te­nu d’A­da­ma Trao­ré avait por­té plainte quelques mois avant la mort de ce jeune homme noir de 24 ans à Per­san le 19 juillet 2016, peu après son arres­ta­tion au terme d’une course-pour­suite avec les gendarmes. 

La suite