Le Comte de Paris a accor­dé une inter­view au jour­nal « L’Echo Répu­bli­cain »

Le Comte de Paris a accor­dé une inter­view au jour­nal « L’Echo Répu­bli­cain »

A l’occasion de la sor­tie de la série télé­vi­sée, consa­crée à la duchesse d’Alençon, Sophie de Bavière, décé­dée tra­gi­que­ment lors de l’incendie du Bazar de la cha­ri­té en 1897, le comte de Paris a accor­dé une inter­view à pro­pos de son aïeule au jour­nal “L’Echo Répu­bli­cain”. Avec la nou­velle série évé­ne­ment de TF1, dif­fu­sée à par­tir du lun­di 18 novembre, la famille royale de France revit un épi­sode tra­gique de son his­toire. Jean de France, Comte de Paris, rap­pelle que l’une des vic­times, Sophie de Wit­tels­bach, dite Sophie de Bavière, duchesse d’Alençon, est l’une de ses loin­taines aïeules.

Cette série sur Le Bazar de la cha­ri­té, le 4 mai 1897, à Paris, ayant fait plus d’une cen­taine de vic­times, dont de nom­breux repré­sen­tants de l’aristocratie, est-elle une façon de conju­guer diver­tis­se­ment et connais­sance his­to­rique ?

C’est une belle manière d’aborder l’histoire, les per­son­nages. C’est dans l’air du temps car les Fran­çais sont atta­chés à leur patri­moine et ses figures his­to­riques comme la duchesse d’Alençon, la soeur de Sis­si. Dans l’inconscient col­lec­tif, il y a des élé­ments très inté­res­sants. C’est bien aus­si pour la Ville de Dreux qui est très atta­ché à son his­toire, à celle de la famille d’Orléans.

La suite