A l’affiche : Joker

A l’affiche : Joker

Par Guil­hem de Tarlé 

Joker,  un film amé­ri­cain de Todd Phil­lips, avec Joa­quin Phoe­nix (Arthur Fleck ou Joker, le clown), Fran­çoise Conroy (Pen­ny Fleck, sa mère), Zazie Beetz (sa voi­sine) et Robert De Niro (Mur­ray Frank­lin, ani­ma­teur télé).

La bande-annonce m’avait intri­gué, sans réel­le­ment m’attirer, et le synop­sis me rebu­tait (j’ignore tout de Bat­man), jusqu’à ce que j’entende un cri­tique – que je ne dénon­ce­rai pas » – par­ler du « film de l’année ».

Non !  Cer­tai­ne­ment pas !

Il s’agit de l’histoire d’un clown et de clowns, et c’est peut-être du grand cirque, mais un cirque ultra violent qui n’est pas fait pour les enfants.
C’est l’histoire « glauque » d’un fou, dans un contexte de crise sociale où les masques de clowns rem­placent les gilets jaunes… et les trois tra­ders n’ont eu que ce qu’ils méritaient…

On assiste sur­tout à un one man show extra­or­di­naire, une pres­ta­tion remar­quable de Joa­quin Phoe­nix dont on retien­dra les pas de danse.

Si le film ne vaut pas les « dix mille oscars » espé­rés par le cri­tique, ce Joker en revanche est un As qui méri­te­ra un César.

« Pour ton nez qui s’allume
Bra­vo ! bra­vo !
Tes che­veux que l’on plume
Bra­vo ! bra­vo ! »
                                     (Edith Piaf)