You are currently viewing San­to subi­to ? L’é­trange cano­ni­sa­tion expresse de Jacques Chirac

San­to subi­to ? L’é­trange cano­ni­sa­tion expresse de Jacques Chirac

San­to subi­to ? L’é­trange cano­ni­sa­tion expresse de Jacques Chirac 

La France a donc vécu une éton­nante expé­rience autour de la mort de Jacques Chi­rac. Tout d’un coup, les chaînes d’information en conti­nu ont bas­cu­lé dans un una­ni­misme sur­pre­nant en évo­quant la mémoire du pré­sident défunt. Les images de Chi­rac ont sur­sa­tu­ré nos écrans, fai­sant oublier au pas­sage des évé­ne­ments aus­si pas­sion­nants que les mon­diaux d’athlétisme au Qatar ou l’échec de Julian Ala­phi­lippe aux cham­pion­nats du monde de cyclisme. Les plus fémi­nistes oubliant les frasques pri­vées du défunt célé­brèrent le bel homme, les végan le man­geur de tête de veau, les vigne­rons le buveur de bière, les gens de gauche l’homme de droite, à moins que ce ne soit l’inverse. J’ai cru un ins­tant que la Curie allait le faire entrer manu mili­ta­ri dans le martyrologe.

Et j’avoue que lorsque j’ai enten­du que les Fran­çais le plé­bis­ci­taient comme le meilleur pré­sident de la Ve Répu­blique avec de Gaulle, j’ai cru tom­ber de ma chaise.
 
Il ne s’agit pas ici de faire le bilan poli­tique de Jacques Chi­rac. Ce qui m’interroge tout de même est la qua­si absence de voix dis­cor­dantes. De quoi cet una­ni­misme est-il le signe, d’autant que les hommes poli­tiques en exer­cice ont rare­ment autant été sus­pec­tés par le peuple ? Com­ment expli­quer une cano­ni­sa­tion média­tique si rapide ?

La suite