Vincent Lam­bert : der­niers appels des parents avant l’arrêt des soins

Vincent Lam­bert : der­niers appels des parents avant l’arrêt des soins

Viviane Lam­bert et Pierre Lam­bert, les parents de Vincent Lam­bert, arrivent à la Cour d’appel de Reims le 9 juin 2016. Fran­çois NASCIMBENI / AFP

Après la bataille judi­ciaire, celle de l’opinion publique ? À deux jours de la date annon­cée où les soins pour­ront être arrê­tés, les parents de Vincent Lam­bert, patient tétra­plé­gique en état végé­ta­tif depuis plus de dix ans, ont écrit une lettre à Emma­nuel Macron ce same­di pour deman­der le main­tien en vie de leur fils et appellent à mani­fes­ter ce dimanche.

Le 11 mai der­nier, le méde­cin de Vincent Lam­bert a en effet annon­cé dans une lettre à ses parents, « l’arrêt des trai­te­ments et la séda­tion pro­fonde et conti­nue » de leurs fils pour « la semaine du 20 mai ». Viviane et Pierre Lam­bert, qui avaient déjà été débou­tés à deux reprises par le Conseil d’État et par la Cour euro­péenne des droits de l’homme (CEDH) de leur demande de main­tien en vie de leur fils, ont ensuite dépo­sé un recours en urgence devant le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Paris, puis sai­si le défen­seur des droits, en vain : le recours a été reje­té mer­cre­di et le défen­seur des Droits a esti­mé ven­dre­di qu’il ne lui appar­te­nait pas de trancher.

Place donc, désor­mais, à la mobi­li­sa­tion de l’opinion publique. Dans une lettre ouverte ce same­di, les avo­cats des parents implorent Emma­nuel Macron de faire « res­pec­ter les mesures pro­vi­soires récla­mées » par un comi­té de l’ONU qu’ils avaient sai­si fin avril, en main­te­nant ses trai­te­ments. « Mon­sieur le pré­sident, Vincent Lam­bert mour­ra pri­vé d’hydratation dans la semaine du 20 mai si vous ne faites rien et vous êtes le der­nier et le seul à pou­voir inter­ve­nir », écrivent Jean Paillot et Jérôme Triomphe, avo­cats des parents et frère et sœur oppo­sés à l’arrêt des traitements

La suite