Rus­sie : 100 ans après, la com­mé­mo­ra­tion du der­nier tsar réunit 100.000 personnes

Rus­sie : 100 ans après, la com­mé­mo­ra­tion du der­nier tsar réunit 100.000 personnes

Vlad LONSHAKOV / AFP

Une pro­ces­sion noc­turne a réuni aujourd’­hui à Eka­té­rin­bourg (Oural) près de 100.000 per­sonnes pour com­mé­mo­rer le cen­te­naire de l’as­sas­si­nat par les bol­ché­viques du der­nier tsar Nico­las II et des membres de sa famille après son abdi­ca­tion. A la tête de la puis­sante Église ortho­doxe, le patriarche Kirill a gui­dé la pro­ces­sion qui a quit­té vers 02H00 du matin le lieu où ont été tués le tsar et sa famille, à Eka­té­rin­bourg, pour rejoindre à pied le monas­tère de Gani­ma Iama, situé à 21 kilomètres.

Près de 20.000 per­sonnes se sont ensuite jointes aux com­mé­mo­ra­tions dans ce monas­tère, éri­gé sur le site où ont été enter­rés le der­nier tsar russe et sa famille après leur exé­cu­tion. La Rus­sie doit tirer des leçons « de cette expé­rience dif­fi­cile et amère », a décla­ré le patriarche Kirill, s’a­dres­sant aux pèle­rins. « Nous devons vrai­ment résis­ter à toute idée ou diri­geant qui nous pro­pose, via la des­truc­tion de notre vie, de nos tra­di­tions et de notre foi, d’a­dop­ter un soi disant nou­vel ave­nir incon­nu et heu­reux », a‑t-il souligné.

Nico­las II, la tsa­rine Alexan­dra et leurs cinq enfants ont été fusillés dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918 par les bol­ché­viques qui ont ain­si mis fin à 300 ans de dynas­tie Roma­nov à la tête de l’Em­pire russe. La famille impé­riale a été cano­ni­sée en 2000 par l’É­glise ortho­doxe russe et en 2008, la Cour Suprême de Rus­sie l’a réha­bi­li­tée, la jugeant vic­time de la répres­sion poli­tique bol­che­vique. Décou­verts en 1979, les osse­ments de Nico­las II, de sa femme et de trois de leurs enfants ont été inhu­més à la for­te­resse Pierre et Paul de Saint-Péters­bourg en 1998, à l’is­sue d’une céré­mo­nie qui avait été sno­bée par le patriarche de l’époque.

La suite