L’A­frique Réelle N°100 – Avril 2018
|

L’A­frique Réelle N°100 – Avril 2018

NUMERO SPECIAL : L’IMPASSE MALIENNE

Som­maire :

  • - Le Mali, un rift géo­gra­phique et ethno-racial
  • - Le Mali : une vieille histoire
  • - Une guerre de 50 ans (1963 – 2018)
  • - L’impasse actuelle et ses causes

Edi­to­rial de Ber­nard Lugan :

Au Mali, la mul­ti­pli­ca­tion des attaques ter­ro­ristes montre que le jiha­disme n’a pas été éradiqué.

Au nord, l’opération Bar­khane a réus­si à empê­cher la recons­ti­tu­tion de zones sanc­tuaire. Au sud et vers la fron­tière avec le Niger, la tâche d’huile ter­ro­riste s’étend, tou­chant désor­mais le centre du Mali (Maci­na) et le Bur­ki­na Faso.

Cette évo­lu­tion des actions armées et leur glis­se­ment au sud du fleuve Niger, s’explique parce que, pour les jiha­distes, l’objectif est désor­mais la brousse où ils contraignent peu à peu l’armée et l’administration maliennes à aban­don­ner les petits centres.

D’immenses régions sont donc lais­sées sans défense, les gar­ni­sons étant iso­lées dans des postes le long des routes prin­ci­pales. De plus, lorsqu’elle est pré­sente, l’armée malienne est per­çue comme une force d’occupation par les habi­tants qui sont ran­çon­nés et violentés.

Dans les zones rurales aban­don­nées, les jiha­distes pros­pèrent au milieu des tra­fi­quants, des milices d’auto-défense et des mou­ve­ments irré­den­tistes qu’ils tentent d’engerber, uti­li­sant habi­le­ment les riva­li­tés locales. Ils se pré­sentent ain­si comme les pro­tec­teurs des trans­hu­mants peul et ils sou­tiennent les domi­nés contre les « féo­daux » qui les taxent. La chef­fe­rie tra­di­tion­nelle est consi­dé­rée par eux comme un relais du pou­voir de Bamako.

La suite