You are currently viewing Niger : der­rière la mort des sol­dats amé­ri­cains, l’opposition Peul-Toua­reg et les consé­quences de l’ « embou­teillage » sécuritaire
|

Niger : der­rière la mort des sol­dats amé­ri­cains, l’opposition Peul-Toua­reg et les consé­quences de l’ « embou­teillage » sécuritaire

Le 4 octobre 2017 un élé­ment amé­ri­ca­no-nigé­rien à ossa­ture de forces spé­ciales est tom­bé dans une embus­cade à quelques kilo­mètres de la fron­tière entre le Niger et le Mali, près de Ton­go Ton­go, un vil­lage situé à proxi­mi­té de Tilla­be­ry. Cette embus­cade a fait 4 morts par­mi les sol­dats amé­ri­cains et au moins cinq par­mi les Nigé­riens ain­si que plu­sieurs bles­sés. Les véhi­cules de la patrouille ont été détruits. Qui se cache der­rière cette attaque mar­quant un palier sup­plé­men­taire dans le conflit sahélien ?

Pour la pre­mière fois, des assaillants viennent donc de s’en prendre ouver­te­ment et dans un com­bat fron­tal à une force occi­den­tale. Qui plus est, à des forces spé­ciales. Jusque-là, les pertes essuyées par les forces fran­çaises étaient essen­tiel­le­ment pro­vo­quées par des IED, mines pla­cées sur les axes emprun­tés par les convois ou les patrouilles. Nous sommes donc en pré­sence d’une mon­tée en puis­sance des jiha­distes car l’embuscade était bien orga­ni­sée, ses auteurs for­te­ment armés et équi­pés de véhi­cules et de motos. Après l’attaque, les assaillants se sont vola­ti­li­sés dans la savane.

L’attaque s’est pro­duite dans une zone par­ti­cu­liè­re­ment pro­pice aux embus­cades où les forces armées nigé­riennes ont déjà subi de lourdes pertes. La ques­tion qui se pose est double.

La suite sur le blog offi­ciel de Ber­nard Lugan