You are currently viewing La Monarchie pour une vraie démocratie”. Partie 4 : La Monarchie
|

La Monarchie pour une vraie démocratie”. Partie 4 : La Monarchie

Nous, royalistes, voulons les démocraties locales (et c’est bien le pluriel qui s’impose), les « républiques françaises », celles qui donnent aux citoyens le pouvoir de décision pour ce qui leur est le plus proche : la région ou la province, la commune ou le quartier, l’usine, l’université, voire même le lycée. C’est d’ailleurs une constante du combat royaliste car, dans les années 1920-30, les étudiants monarchistes évoquaient la défense des libertés universitaires mises à mal par la République, tandis que, dans les années 1970, les lycéens d’Action Française lançaient l’étrange formule du « Tiers-Pouvoir lycéen » et le journal AF-Université titrait « Communes, libérez-vous ! ».

Ces communautés de proximité, aussi bien affectives que professionnelles, se trouvent, dans la conception royaliste qui est la nôtre, sous l’arbitrage et le contrôle de dernier recours de la magistrature suprême de l’État, de cet État royal qui ne cherche pas à imposer des règles décidées d’en haut, de Paris et de son Pouvoir jacobin ou centraliste, mais simplement à ordonner les pouvoirs à l’intérêt commun, à ceux des « pays réels » mais aussi à éviter les débordements et les atteintes dangereuses à l’unité profonde et nécessaire des « provinces-unies du royaume », selon l’expression de Maurras, et parfois à les réunir sous sa houlette sans les opposer entre eux… La Monarchie est libératrice, et elle est, essentiellement, médiatrice

La suite