La France toujours plus moche

Le centre commercial de Plan de Campagne, près de Marseille, le 21 Janvier 2007 à Les Pennes-Mirabeau | BORIS HORVAT / AFP

Ouf, les opérateurs de centres commerciaux ont eu chaud. Le rapport qui préconisait un meilleur encadrement de leur activité aura fini par trouver la place qui leur semble la plus appropriée : au fond d’un tiroir. En octobre 2016, la secrétaire d’État au commerce a bien sûr salué le formidable travail accompli pour écrire ce rapport sur la revitalisation commerciale des centres-villes par l’Inspection générale des finances (IGF) et le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD). Elle aura dit quelques mots sur l’aggravation préoccupante de la vacance commerciale (6,1 % en 2001, 10,4 % en 2015,plus de 15 % dans une vingtaine de villes ), la nécessité de lutter contre cette désertification par la « mobilisation », la « coordination », la « concertation » sans oublier la « digitalisation ». Pour finir par une mesure phare annoncée en grande pompe devant une assemblée clairsemée de députés désabusés : un site internet poétiquement intitulé « Cœur de ville ».

Des mois de travail, 120 auditions, 500 pages… Et pas un mot sur une limitation des nouvelles zones commerciales à la périphérie des villes ni sur la mise en place d’une commission régionale chargée d’encadrer leur développement, deux idées pourtant avancées par le rapport. Les promoteurs respirent : le business va pouvoir continuer.

La suite