Quand la Commission européenne s’en prend au “protectionnisme” de M.
|

Quand la Commission européenne s’en prend au “protectionnisme” de M.

Dimanche soir, toute l’Europe (du moins les gouvernements européens de l’Union et ses institutions) était « macroniste » : l’ancien ministre de l’économie de François Hollande était celui que tous semblaient espérer et tous voyaient en lui le nouveau sauveur de la construction européenne, et le disaient, le clamaient à l’unisson. Mais, une fois les lampions précocement éteints, l’Union européenne, comme dégrisée, dénonce la volonté affirmée dans son programme d’une certaine régulation de la mondialisation, ce qui est tout de même fort de café au regard de la situation actuelle, en particulier de l’usine Whirlpool et de la délocalisation spéculative pratiquée par la multinationale états-unienne, opération qui laisse plus de 280 personnes sur le carreau, sans compter les intérimaires et les sous-traitants.

Dans son édition du mercredi 10 mai et en ses pages économiques, Le Figaro (sous la plume de Jean-Jacques Mével) évoque de quoi il retourne, sans donner tort à M. Macron dans ce qui s’annonce comme l’un des premiers bras de fer du nouveau président avec Bruxelles et, peut-être, Berlin : « Emmanuel Macron jure qu’il ne soutient ni « la mondialisation naïve », ni le libre-échange à tout va. Et c’est un projet littéralement protectionniste du président élu qui commence à semer le trouble à Bruxelles, à Berlin et dans d’autres capitales du nord de l’UE : réserver les marchés publics du Vieux Continent aux entreprises qui localisent la moitié au moins de leur production sur le sol européen. » Fichtre ! Le grand mot est lancé, celui que M. Hollande vouait l’autre jour aux gémonies : protectionnisme.

La suite