La ques­tion ouvrière, M. Fillon et le pape.
|

La ques­tion ouvrière, M. Fillon et le pape.

La ques­tion ouvrière en France retrouve une cer­taine visi­bi­li­té en ces temps de pré­si­den­tielle, et l’af­faire Whirl­pool n’y est pas pour rien, bien sûr, même si c’est la pré­sence d’un ouvrier d’ex­trême-gauche, Phi­lippe Pou­tou et les dis­cours « ouvrié­ristes » de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélen­chon qui lui donnent le plus de relief. Ce sont d’ailleurs ces can­di­dats qui, ensemble, récu­pèrent la plus grande par­tie d’un vote des ouvriers qui n’est pas à négli­ger, la can­di­date obte­nant, selon les enquêtes d’o­pi­nion, près de 45 % des inten­tions de vote à elle seule : MM. Macron et Fillon n’ob­tiennent pas, à eux deux, la moi­tié de ce score annon­cé, le can­di­dat de la Droite libé­rale n’at­ti­rant qu’en­vi­ron 8 % des voix du monde ouvrier, ce qui, au regard de son indif­fé­rence avé­rée à la ques­tion ouvrière et de son ral­lie­ment à une mon­dia­li­sa­tion fort peu sociale, se com­prend aisément.

Je dois avouer que j’ai été par­ti­cu­liè­re­ment cho­qué par le refus de M. Fillon de condam­ner la délo­ca­li­sa­tion de la der­nière usine fran­çaise Whirl­pool lorsque, au petit matin d’un jour de mars, le jour­na­liste éco­no­mique Fran­çois Len­glet inter­ro­geait le can­di­dat sur cette ques­tion sen­sible (1). M. Xavier Ber­trand, pour­tant sou­tien du can­di­dat libé­ral-conser­va­teur, a des mots plus durs pour l’en­tre­prise « qui ne joue pas le jeu » (2) et qui risque de lais­ser sur le car­reau « 300 sala­riés et 250 inté­ri­maires », mais il appa­raît plu­tôt impuis­sant à faire reve­nir la mul­ti­na­tio­nale à de meilleurs sen­ti­ments. Ain­si s’ap­plique la rude loi de la jungle libé­rale qui, comme le rap­pe­lait le chant de l’Ac­tion Fran­çaise « La Royale », fait des tra­vailleurs des « esclaves » avant que de les trans­for­mer en « for­çats » (« Du pro­lé­ta­riat au pré­ca­riat », en somme) : déci­dé­ment, ce libé­ra­lisme ne m’est pas sym­pa­thique, ni ceux qui le vantent ou s’en contentent !

La suite