You are currently viewing Démo­cra­tie et démo­gra­phie : les deux plaies de l’Afrique
|

Démo­cra­tie et démo­gra­phie : les deux plaies de l’Afrique

A lire les médias, à écou­ter les « spé­cia­listes », si l’Afrique est sinis­trée, c’est parce qu’elle subit un défi­cit de déve­lop­pe­ment. La solu­tion est donc simple : injec­ter une aide de plus en plus en plus mas­sive et impo­ser la démocratisation.

L’erreur est évi­de­ment totale car, pri­mo, les cri­tères de pau­vre­té défi­nis en Europe ne sont pas ceux de l’Afrique et, secun­do, poli­ti­que­ment, entre nos socié­tés indi­vi­dua­li­sées et celles, com­mu­nau­taires, du conti­nent afri­cain, les cri­tères sont très dif­fé­rents. De plus, les pro­blèmes qui se posent au nord du Saha­ra ne sont pas ceux des pays situés au sud du désert.

La seule approche réa­liste de la ques­tion est fon­da­men­ta­le­ment géo­gra­phique et eth­no-his­to­rique car, et cer­tains l’oublient trop sou­vent, le conti­nent afri­cain a une his­toire dif­fé­rente de celle de l’Europe.

Alors qu’en Europe les grands phé­no­mènes his­to­riques ou civi­li­sa­tion­nels furent conti­nen­taux, tel ne fut pas le cas dans les Afriques. Toute l’Europe fut en effet concer­née par la fin de l’Empire romain et par la greffe chré­tienne sur le vieux tronc païen. Puis, en sa tota­li­té, elle fut irri­guée par l’art roman et par le gothique. De même, toute entière, elle fut concer­née par la Renais­sance, par la Réforme, par la période dite des Lumières, puis par les révo­lu­tions poli­tiques et industrielles.

Dans les Afriques, tout au contraire, les phé­no­mènes his­to­riques eurent le plus sou­vent des consé­quences uni­que­ment régio­nales, hor­mis dans le cas de la colo­ni­sa­tion. Sauf rares excep­tions, il n’y eut pas de dépas­se­ment ou de coa­gu­la­tion de l’ethnie ; même en cas de consti­tu­tion d’empires. Ces der­niers furent en effet tou­jours étroi­te­ment eth­no cen­trés ou for­més par le ras­sem­ble­ment de tri­bus ou de clans appar­te­nant aux mêmes ensembles eth­niques ; les exemples des royaumes Luba, Lun­da, Sho­na, Zulu ou d’Imérina à Mada­gas­car illus­trent avec force cette grande originalité.

La suite

Edi­to­rial de Ber­nard Lugan de L’A­frique Réelle N°87 – Mars 2017