You are currently viewing La Marche pour la Vie à Paris

La Marche pour la Vie à Paris

Dimanche 16 jan­vier 2022

Départ 13h30 Place de Cata­logne (Paris XIVe) 

En 2022, la Marche pour la vie s’inscrit dans un contexte très poli­tique. Après les dif­fé­rents confi­ne­ments et les attaques contre le droit à la vie, elle n’a peut-être jamais été aus­si atten­due. Elle aura lieu le dimanche 16 jan­vier 2022 à Paris (départ proche de la gare Mont­par­nasse).

Son thème est impo­sé par l’actualité, prin­ci­pa­le­ment l’extension du délai légal d’avortement à 14 semaines. Les mar­cheurs ne man­que­ront tou­te­fois pas de rap­pe­ler qu’une vie n’en est pas moins humaine à sa concep­tion, qu’à 14 semaines : il n’y a pas de hié­rar­chie des valeurs dans la biologie.

Contre quoi manifester ?

La pro­po­si­tion de loi « visant à ren­for­cer le droit à l’avortement », por­tée par la dépu­tée Albane Gaillot (non ins­crite, ex-LREM), a été réins­crite à l’ordre du jour de l’Assemblée Natio­nale après le refus du Sénat de l’examiner. Elle com­porte des dis­po­si­tions accé­lé­rant gra­ve­ment les atteintes à la vie humaine. Les mesures phares sont bien connues : l’extension du délai légal de l’IVG de 12 à 14 semaines de gros­sesse, l’extension de la com­pé­tence des sages-femmes en matière d’IVG, la sup­pres­sion du délai de 48h sui­vant l’entretien psy­cho-social. L’acte d’avorter est de plus en plus banal et permissif.

Un temps oppo­sé à l’allongement du délai d’avortement, le pré­sident de la répu­blique Emma­nuel Macron, a chan­gé d’avis et s’en est fina­le­ment remis à la « sagesse des dépu­tés ». Mar­di 30 novembre au soir,le texte a été adop­té en seconde lec­ture par 79 voix contre 36 et 8 abs­ten­tions. Ils étaient 123 pré­sents, sur 577 élus, pour voter le texte final. Mais si les dépu­tés ont voté en faveur de toutes les mesures – y com­pris l’extension du délai légal de l’IVG – ils ont cepen­dant refu­sé de sup­pri­mer la clause de conscience spé­ci­fique per­met­tant aux méde­cins de refu­ser de pra­ti­quer un avortement.

La Marche pour la vie était pré­sente devant l’Assemblée natio­nale pour ani­mer une confé­rence de presse uni­taire avec les Asso­cia­tions Fami­liales Catho­liques (AFC) et la Fon­da­tion Jérôme Lejeune pour dénon­cer ce texte.

Le com­bat conti­nue. Le seul espoir de ne pas aggra­ver l’atteinte à la vie des enfants in ute­rorepose désor­mais entre les mains des séna­teurs. La fin de la ses­sion par­le­men­taire est fixée au 28 février 2022. Ils n’ont que trois mois pour ins­crire le texte à l’ordre du jour du Sénat. Si le texte est ins­crit pour dis­cus­sion au Sénat, nul doute que le com­bat sera âpre.