Le macro­nisme laisse tout passer

Le macro­nisme laisse tout passer

« On ne lais­se­ra rien pas­ser ! » Ces mâles paroles chez un homme qui ne nous a jamais habi­tué à la fer­me­té, sauf contre les gilets jaunes, c’est-à-dire le pays réel, sont-elles vrai­ment ras­su­rantes après plus de 260 morts depuis Char­lie Hebdo ? 

Aujourd’hui, une poli­cière, âgée de 49 ans, mère de deux enfants, égor­gée devant ses col­lègues est l’illustration tra­gique du fameux « en même temps ». 

Et les « experts », du haut de leur exper­tise, viennent expli­quer sur les pla­teaux télé avec des têtes de croque-morts que le risque zéro n’existe pas !

Ne rien lais­ser pas­ser dites-vous M. Macron ?

Pour­tant on laisse tout pas­ser quand l’immigration mas­sive, incon­trô­lée, légale et illé­gale conti­nue de tra­ver­ser nos frontières. 

On laisse tout pas­ser quand s’installe la haine raciste des déco­lo­niaux, qu’on se met à genoux devant eux, qu’on a honte de nos ancêtres et qu’on parle en anglais de « décons­truc­tion de notre Histoire » !

On laisse tout pas­ser, quand on frappe uni­que­ment sur les natio­naux lan­ceurs d’alerte en fai­sant pla­ner le spectre du dan­ger fan­tas­mé de l’extrême droite. 

Enfin, aujourd’hui, on a tout lais­sé pas­ser en accor­dant à ce meur­trier tuni­sien après dix ans de clan­des­ti­ni­té, un titre de séjour per­ma­nent pour obéir aux ordres de Bruxelles. 

La machine de trans­for­ma­tion radi­cale de notre socié­té lan­cée par les hypers capi­ta­listes, qui règnent notam­ment à Davos, com­porte de sor­dides dom­mages col­la­té­raux et c’est le peuple de France qui paye la note de son sang !

Le Bureau Poli­tique de l’Ac­tion française