Faux nau­frages – Vous ne le ver­rez pas à la télé

Faux nau­frages – Vous ne le ver­rez pas à la télé

Un drone filme le trans­fert en pleine mer sur une barque des dizaines de futurs faux nau­fra­gés

Un bateau Océan Viking fré­té par une socié­té-écran de Georges Soros, rem­pli de clan­des­tins à l’émigration   tracte une frêle embarcation.

En pleine mer, il stoppe et trans­borde ces migrants dans cette barque, il repart et laisse la barque pleine à ras bord attendre les soi-disant secours fil­més qui arri­ve­ront sur demande téléphonique.

Un drone de Fron­tex, orga­nisme offi­ciel, a fil­mé le trans­fert en pleine mer sur une barque des dizaines de futurs faux naufragés.

Et à peine trans­fé­rés sur la barque, ils appellent les ONG qui se pré­ci­pitent pour les récupérer …. 

Voi­là com­ment on retrouve des nau­fra­gés bidons en mer !!! 

Il n’y a pas de nau­frage, pas de res­ca­pés, que des nau­fra­geurs et des escrocs au droit maritime. 

Un nau­frage est une catas­trophe mari­time due à un élé­ment aléa­toire et acci­den­tel. Or, dans ces faux nau­frages, il n’y a rien d’accidentel, tout est provoqué.

Il n’y a rien d’aléatoire dans ces mises en scène pro­vo­quées par des irres­pon­sables qui poussent ces mal­heu­reux à se jeter à l’eau dans des condi­tions aus­si pré­caires. Non, les ONG nau­fra­geuses ne peuvent pas nous oppo­ser le droit mari­time et exi­ger le débar­que­ment des migrants dans les ports euro­péens. En droit mari­time la bara­te­rie ou fait de pro­vo­quer un faux nau­frage au détri­ment de toute per­sonne inté­res­sée est une infrac­tion pénale. Ici la bara­te­rie est pro­vo­quée par les ONG au détri­ment des peuples d’Europe aux­quels sont impo­sées des car­gai­sons humaines en infrac­tion du droit mari­time. Nous atten­dons la réac­tion des jour­na­listes, pro­fes­sion­nels de l’investigation à qui ce grave témoi­gnage venant d’un orga­nisme offi­ciel aurait échappé.