Haut-Kara­bakh : ren­contre avec un Armé­nien, par­ti de France pour retour­ner com­battre chez lui

Haut-Kara­bakh : ren­contre avec un Armé­nien, par­ti de France pour retour­ner com­battre chez lui

Des négo­cia­tions entre l’Ar­mé­nie et l’A­zer­baïd­jan ont débu­té ce ven­dre­di 9 octobre à Mos­cou, après presque deux semaines de com­bats meur­triers dans l’en­clave du Nagor­ny-Kara­bakh. Ce ter­ri­toire, peu­plé d’Ar­mé­niens, reven­dique son indé­pen­dance alors qu’il est situé à l’in­té­rieur des fron­tières inter­na­tio­na­le­ment recon­nues de l’A­zer­baïd­jan. Un Armé­nien ano­nyme, ins­tal­lé depuis plu­sieurs années en France, a déci­dé de ren­trer dans son pays pour se battre. Il s’est confié à RFI.

Il a 31 ans et ne sou­haite pas don­ner son nom. Et au moment où nous le ren­con­trons, il s’ap­prête à décol­ler. Ses bagages sont prêts. « C’est le strict néces­saire : des médi­ca­ments, de l’é­qui­pe­ment pour sur­vivre la nuit, pour s’é­clai­rer, pour dor­mir… », décrit-il.

Retrou­vez la suite ici.