Au ciné­ma : Les Misérables

Au ciné­ma : Les Misérables

Par Guil­hem de Tarlé

Les Misé­rables, un film fran­çais, réa­li­sé par Ladj Ly, avec Damien Bon­nard (Sté­phane alias Pen­to, qui intègre la BAC de Mont­fer­meil), Alexis Manen­ti (Chris, le chef), Dje­bril Dier Zon­ga (Gwa­da, le coéqui­pier) et Issa Per­ica (Issa, un « jeune »).

J’ai lon­gue­ment évo­qué ces Misé­rables dans mon pal­ma­rès 2019 pour dire que je n’appartiendrai pas aux 2 mil­lions d’entrées enre­gis­trées pour un film pla­cé alors par la presse « dans les quatre plus grands suc­cès » de l’année. Je redou­tais une cari­ca­ture de l’œuvre de Vic­tor Hugo à la sauce ban­lieue, black-blanc-beur…


J’avais tort… En fait, c’est l’histoire d’un lion…


et, en tout cas,  c’est peut-être même parce que Macron en a été, paraît-il, « bou­le­ver­sé », que nous vivons subis­sons ce que nous subis­sons aujourd’hui…

Une alerte sur mon smart­phone m’in­forme de 40  nou­veaux « clus­ters »,  foyers de conta­mi­na­tion de la Covid 19… de qui se moque-t-on ?
Com­bien y a‑t-il de ces autres « clus­ters », ces foyers de conta­mi­na­tion de guerre civile ?


Com­bien y a‑t-il de quar­tiers, de ban­lieues, de « zones de non droit », de « ter­ri­toires per­dus de la Répu­blique  » – comme ils disent – où se déroulent les scènes de guerre que Ladj ly filme à Mont­fer­meil dans le 93 ?


Je par­lais de « docu-fic­tion » à pro­pos de la « Per­fect can­di­date »… je crains qu’il ne faille signa­ler un véri­table docu­men­taire avec ces Misé­rables du « 9 – 3 ».
Un film d’une vio­lence rare dont on res­sort la peur au ventre… un film qu’il faut voir quand les médias offi­ciels veulent vous ter­ro­ri­ser, vous empê­cher de pen­ser et vous sou­mettre, un genou à terre, devant un « c…ard de virus ».
Arrê­tons cette mas­ca­rade, ne nous cachons pas der­rière nos « loups » et regar­dons la réa­li­té en face…


ça ne se passe pas à Alger,  comme il y a 60 ans, ni à Ryad, ni à Damas, ni à Tri­po­li, ni à Téhé­ran, ni à Bey­routh… Mais à côté de chez nous… chez nous.


PS : vous pou­vez retrou­ver ce « com­men­taire » et 500 autres sur mon blog Je ciné mate.