Détruire la pieuvre isla­miste au Sahel : un com­bat vital pour la France ?

Détruire la pieuvre isla­miste au Sahel : un com­bat vital pour la France ?

Et si, pour la France, le cau­che­mar dji­ha­diste ne fai­sait que com­men­cer ? L’assassinat de six tra­vailleurs huma­ni­taires dans la réserve natu­relle de Kou­ré, pré­ten­du­ment sûre, à 60 km à l’est de Nia­mey, capi­tale du Niger, nous enseigne – si nous ne le savions déjà, au vu même des atten­tats meur­triers com­mis dans l’Hexagone depuis 2012 – qu’il n’existe pas de sanc­tuaire contre le ter­ro­risme islamiste.

À plus forte rai­son lorsque la zone à contrô­ler du G5 Sahel (Mali, Niger, Bur­ki­na Faso, Mau­ri­ta­nie, Tchad) s’étend sur un ter­ri­toire de 5.097.338 km2 ; soit plus de 9 fois la super­fi­cie de la France métro­po­li­taine ! Un milieu phy­sique géné­ra­le­ment plat, mono­tone, aux insel­bergs gra­ni­tiques iso­lés, pla­teaux et cues­tas au sud. Sous des tem­pé­ra­tures aux moyennes annuelles de 30 °C…

Retrou­vez la suite ici.