A l’affiche : Adults in the room

A l’affiche : Adults in the room

Par Guil­hem de Tarlé 

Adults in the room, un film fran­co-grec de Cos­ta-Gavras, avec Alexan­dros Bour­dou­mis (Alexis Tsi­pras, Pre­mier ministre grec), Chris­tos Lou­lis (Yanis Varou­fa­kis, ministre des finances), Auré­lien Recoing (Pierre Mos­co­vi­ci, com­mis­saire euro­péen aux Affaires éco­no­miques et finan­cières), Josiane Pin­son (Chris­tine Lagarde, direc­trice du FMI), Vincent Nemeth (Michel Sapin), Daan Schuur­mans (Jeroen Djes­sel­boem, Pré­sident de l’Eurogroupe),

Adap­té du livre Conver­sa­tions entre adultes : Dans les cou­lisses secrètes de l’Europe de Yanis Varounfakis.

Je crains que les lignes qui suivent ne m’attirent quelques foudres aus­si, si je ne l’avais pas déjà com­men­té, je sor­ti­rais mon Joker.

Avec ce film, Cos­ta-Gavras veut-il nous faire L’Aveu qu’il regrette les colonels ?

Oui, le mou­ve­ment Syri­za est de gauche extrême et s’en vante… Mais, ce que racontent Yanis Varou­fa­kis et Cos­ta-Gavras, c’est ce qu’on lit  dans le livre de Phi­lippe de Vil­liers, Le moment est venu de dire ce que j’ai vu, publié pré­ci­sé­ment en décembre 2015 : « Le nou­veau pré­sident de la Com­mis­sion euro­péenne, Jean-Claude Jun­cker, a tenu à dis­si­per les inquié­tudes, après les élec­tions en Grèce : Dire que tout va chan­ger parce qu’il y a un nou­veau gou­ver­ne­ment à Athènes, c’est prendre ses dési­rs pour des réa­li­tés. Il ne peut y avoir de choix démo­cra­tiques contre les trai­tés euro­péens » (p157).

Ain­si, le réfé­ren­dum grec a été bafoué comme le réfé­ren­dum fran­çais sur la « consti­tu­tion euro­péenne », et comme l’est celui sur le Brexit, à la fois par des « fonc­tion­naires » de l’Union euro­péenne et par des élus natio­naux non représentatifs.

Déso­lé, chers amis, l’Union Euro­péenne est une pri­son… mais, Haut les cœurs, nous ver­rons bien un jour, ou nos enfants ver­ront, tom­ber le mur de Bruxelles.

« L’ouvrage des méchants demeure péris­sable
Les idoles d’argent qu’ils se sont éle­vées
S’écrouleront un jour sur leur base de sable
Et la nuit tom­be­ra sur leurs formes rêvées ».                                                                                    (RB)