Le sou­ci de l’immigration
Museum of Modern Art, Rome. Angiolo Tommasi. Gli emigranti. 1896.

Le sou­ci de l’immigration

Par Gérard Leclerc

Musée d’Art Moderne, Rome. Angio­lo Tom­ma­si. Les émi­grés 1896.© Julian Kumar / Godong

Est-il exact que l’immigration ne fait pas par­tie des prin­ci­pales prio­ri­tés des Fran­çais ? Beau­coup de com­men­ta­teurs poli­tiques l’affirment en se fon­dant sur des son­dages. Et il est vrai qu’il existe beau­coup d’autres sujets de pré­oc­cu­pa­tions chez nos conci­toyens, ne ser­rait-ce que le chô­mage per­sis­tant à un haut niveau et le pou­voir d’achat qui a été à l’origine de la révolte des Gilets jaunes. Mais j’ai du mal à croire que les Fran­çais ne soient pas pro­fon­dé­ment pré­oc­cu­pés par tous les pro­blèmes liés à l’immigration et dont on parle, d’abondance, tous les jours.

Un phé­no­mène qui concerne toute l’Europe

N’est-ce pas l’Europe entière qui est en pleine muta­tion poli­tique parce que les opi­nions publiques mani­festent désor­mais plus que de l’inquiétude à pro­pos d’un phé­no­mène qui bou­le­verse les rap­ports sociaux ? Pour s’en convaincre, il suf­fit d’observer ce qui s’est pas­sé en Ita­lie avec la mon­tée en puis­sance d’un Sal­vi­ni qui a com­plè­te­ment chan­gé les équi­libres poli­tiques de la péninsule.

La suite