Cabinet noir, la réponse du berger à la bergère

Cabinet noir, la réponse du berger à la bergère

François Fillon s’appuie sur l’enquête de trois journalistes, Olivia Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé, “Bienvenue Place Beauvau”, pour accuser François Hollande. | Reuters.

Une nouvelle étape vient d’être franchie dans cette étrange campagne présidentielle. Dans une lettre, plusieurs personnalités de droite interpellent Eliane Houlette, patronne du Parquet national financier, et François Molins, procureur de Paris, à propos des révélations contenues dans un ouvrage qui fait grand bruit, intitulé Bienvenue Place Beauvau. Cette fois, c’est le pouvoir encore en place qui est visé, le président de la République en tête. On parle désormais d’un cabinet noir à l’Élysée, chargé de suivre l’opposition, en profitant notamment d’informations émanant de certains magistrats. Des faits précis sont allégués, notamment celui qui concerne Valérie Pécresse. La présidente de la région Île-de-France estime avoir été victime d’une tentative de déstabilisation politique après l’interpellation de son fils, en septembre 2016, pour consommation de cannabis. Le fait rapporté dans Bienvenue Place Beauvau n’est nullement anodin puisqu’il débouchera sans doute sur une plainte contre Manuel Valls et Claude Bartolone, l’ancien premier ministre et le président de l’Assemblée nationale.

La suite