Cabi­net noir, la réponse du ber­ger à la bergère

Cabi­net noir, la réponse du ber­ger à la bergère

Fran­çois Fillon s’appuie sur l’enquête de trois jour­na­listes, Oli­via Reca­sens, Didier Has­soux et Chris­tophe Lab­bé, « Bien­ve­nue Place Beau­vau », pour accu­ser Fran­çois Hol­lande. | Reuters.

Une nou­velle étape vient d’être fran­chie dans cette étrange cam­pagne pré­si­den­tielle. Dans une lettre, plu­sieurs per­son­na­li­tés de droite inter­pellent Eliane Hou­lette, patronne du Par­quet natio­nal finan­cier, et Fran­çois Molins, pro­cu­reur de Paris, à pro­pos des révé­la­tions conte­nues dans un ouvrage qui fait grand bruit, inti­tu­lé Bien­ve­nue Place Beau­vau. Cette fois, c’est le pou­voir encore en place qui est visé, le pré­sident de la Répu­blique en tête. On parle désor­mais d’un cabi­net noir à l’Élysée, char­gé de suivre l’opposition, en pro­fi­tant notam­ment d’informations éma­nant de cer­tains magis­trats. Des faits pré­cis sont allé­gués, notam­ment celui qui concerne Valé­rie Pécresse. La pré­si­dente de la région Île-de-France estime avoir été vic­time d’une ten­ta­tive de désta­bi­li­sa­tion poli­tique après l’interpellation de son fils, en sep­tembre 2016, pour consom­ma­tion de can­na­bis. Le fait rap­por­té dans Bien­ve­nue Place Beau­vau n’est nul­le­ment ano­din puisqu’il débou­che­ra sans doute sur une plainte contre Manuel Valls et Claude Bar­to­lone, l’ancien pre­mier ministre et le pré­sident de l’Assemblée nationale.

La suite