La guerre des sexes

La guerre des sexes

2018 com­mence à peine qu’il s’inscrit dans la suite totale de 2017, avec les mêmes débats, les mêmes obses­sions, les mêmes agres­sions. Hol­ly­wood a pris acte de l’affaire Wein­stein et donne une parole exclu­sive et ven­ge­resse aux actrices vêtues de noir, qui n’entendent plus désor­mais aban­don­ner le pou­voir, que l’exploitation du scan­dale leur a don­né. Pour­tant, déjà une contre-offen­sive se lève, aus­si du côté fémi­nin, de la part de toutes celles qui n’ont pas sup­por­té ce que cette émeute com­porte de réac­tion­naire. Le retour à une morale vic­to­rienne est dénon­cé en termes très vifs dans une péti­tion signée par un col­lec­tif d’une cen­taine de femmes. S’y détache l’aura de Cathe­rine Deneuve. N’avait-elle pas jusqu’ici refu­sé obs­ti­né­ment de s’associer à la vague dénon­cia­trice, sans qu’on sache quels étaient ses sen­ti­ments. Ceux-ci sont désor­mais publics : « En tant que femmes, nous ne nous recon­nais­sons pas dans ce fémi­nisme qui, au-delà de la dénon­cia­tion des abus du pou­voir, prend le visage d’une haine des hommes et de la sexualité. »

La suite