Quand Boutang se fait entendre à Versailles, à la terrasse d’un café…
|

Quand Boutang se fait entendre à Versailles, à la terrasse d’un café…

L’après-midi durant laquelle le président de la République s’exprimait devant le Congrès, j’étais aussi à Versailles, « cerné » par les nombreux camions de forces de l’ordre qui surveillaient sans trop d’inquiétude le quartier. Les longues files de véhicules de gendarmerie semblaient former un paisible cordon de sécurité autour du parc royal, sans troubler le vol rapide des perruches et des martinets qui sillonnaient le ciel en le striant de leurs cris stridents. En somme, une belle journée de lundi, jour traditionnellement calme pour la cité des rois.

Le discours présidentiel était suivi d’un œil indifférent et d’une oreille distraite par quelques clients des cafés alentours, et la place du Marché parlait d’autre chose, des épreuves du baccalauréat aux préparatifs de vacances : la politique, fut-elle si proche sur le plan topographique, semblait s’être toute entière retranchée derrière les grilles du château. Et pourtant ! A la terrasse d’un estaminet réputé pour abriter quelques esprits non-conformistes, un écrivain fameux pour sa faconde et ses éclats de voix semblait incarner à lui seul la forte protestation de l’esprit français contre les facilités du moment. M’apercevant et me hélant joyeusement, il se saisit du livre que j’avais alors en main et se mit à en lire à haute voix la dernière page, suscitant la surprise des tables voisines, surprise qui n’excluait pas une part de curiosité, voire d’intérêt, tandis que ses interlocuteurs cherchaient à suivre le débit rapide et furieux du liseur improvisé.

La suite