You are currently viewing Jus­tice enfin rendue

Jus­tice enfin rendue

Une infor­ma­tion à rele­ver à cause de son impor­tance sym­bo­lique et des consé­quences qu’elle pour­rait avoir. Le maître d’école qui avait été sanc­tion­né par son admi­nis­tra­tion pour pro­pa­gande reli­gieuse à été com­plè­te­ment blan­chi par la jus­tice. Le fait reli­gieux n’est donc pas exclu de l’enseignement.

En ce début d’année, l’information que je vou­drais rete­nir aujourd’hui n’est sans doute pas la plus impor­tante dans l’échelle de nos pré­oc­cu­pa­tions, mais elle n’est pas mineure dans l’ordre cultu­rel et celui de la liber­té de la pen­sée. J’avais d’ailleurs évo­qué ici-même l’affaire de cet ensei­gnant, Mat­thieu Fau­cher, sus­pen­du et muté de l’école du vil­lage de Mali­cor­nay dans l’Indre pour faute pro­fes­sion­nelle. Il était accu­sé d’avoir fait étu­dier par ses élèves des extraits de la Bible accom­pa­gnés de scènes de films, notam­ment L’Évangile selon saint Mat­thieu de Paso­li­ni. Non croyant, Mat­thieu Fau­cher n’avait nulle inten­tion pro­sé­lyte, mais il vou­lait sim­ple­ment entre­te­nir les élèves dont il avait la charge d’éléments de culture reli­gieuse. Ain­si était-il dans l’esprit du fameux rap­port de Régis Debray deman­dé par Jack Lang et qui concluait sur l’urgence de l’enseignement du fait religieux.

La suite