You are currently viewing Balayons le défaitisme démocrate

Balayons le défaitisme démocrate

Par Germain Philippe

Il nous faut maintenant balayer le second argument défaitiste répandu au sein du pôle « catholique et français toujours ».

Il joue sur la note démocrate du « cliquet » et s’exprime de la façon suivante : « Il serait contreproductif de s’en prendre à la laïcité républicaine car pour la très grande majorité des Français elle est un fait acquis ».

Effectivement, si le pôle « catholique et français toujours » admet volontiers l’intérêt de constituer un état d’esprit monarchiste, l’entente est donc loin d’être acquise sur la remise en cause de la laïcité républicaine. L’objection vient des esprits désireux de faire montre de bon sens et de modération. A l’inverse, les maurrassiens jugent qu’il n’est pas tout à fait sage de l’être trop. Alors revenons sur la laïcité et sa solidité dans les têtes françaises.

  • Les termes  laïcité, laïciser, laïcisme, laïcisation apparaissent en 1871 car une nouvelle génération républicaine, antichrétienne, positiviste et scientiste, oppose  la  raison  au catholicisme. Elle joue sur les mots car le terme laïc désignait le peuple chrétien. Ce concept va lui permettre de construire la IIIème République par des mesures christianophobes. Faut-il en énumérer ? En 1879, la Commission des Hospices et des Bureaux de bienfaisance est laïcisée ; en 1880, le repos dominical obligatoire est supprimé ; en 1881, les hôpitaux et cimetières son laïcisés ; en 1882, l’enseignement religieux est interdit dans les écoles publiques ; en 1884, les aumôneries militaires sont supprimées ;  en 1886, les religieux sont interdits d’enseignement dans les écoles publiques ; en 1900 le ministre de la Guerre, organise un système de délation des officiers “qui assistent à la messe” ; en 1903 plus de 400 congrégations sont interdites ; en 1904 les congréganistes n’ont plus le droit d’enseigner et plus de 2.500 écoles religieuses doivent fermer ; en 1905 la loi de séparation de l’Église et de l’État est votée ; en 1906 ce laïcisme soumet les biens des 70.000 églises à des inventaires en utilisant l’Armée.
  • Finalement la guerre de 14-18 intègre les catholiques dans la République. Surtout  la défaite du nazisme permet à la laïcité de se poser comme son rival et vainqueur et en1946 elle devient constitutionnelle. La IVème  République s’affirme d’abord indivisible, puis laïque, ensuite démocratique et enfin sociale. La laïcité devient la religion d’État, une religion de substitution. C’est un dogme moderne, une affirmation infondée, postulée, mais indiscutable. On ne justifie pas la laïcité mais on la défend.
  • Face à une Église en crise depuis Vatican II, la laïcité semble s’apaiser jusqu’à 1989, ou l’Islamisation est exposée au grand jour par l’affaire des foulards de Creil. La laïcité est en situation de blocage. Et oui, cette religion d’État étant la seule vraie,  elle ne tolère les autres que  dans la mesure où elles ne menacent pas la vérité laïciste. Allez donc faire comprendre cela aux musulmans. La laïcité républicaine devient LE problème de la France. A la fois pour les faucons du laïcisme (les catholiques ont bien plié, pourquoi pas les mahométans ?) mais aussi pour les colombes laïcistes du multiculturel (il nous faut des voix !) car malgré la différence de méthodes, faucons et colombes laïcistes visent le même but : le rejet du religieux dans le domaine privé des individus. Impossible pour un musulman.

A l’issu de ces trois grandes étapes, « Dans un contexte national marqué par des débats animés et parfois violents sur la laïcité », pour l’Observatoire de la laïcité « il apparaît nécessaire de recueillir régulièrement l’opinion des Français sur la laïcité ». Que voilà un bien étrange souci pour une laïcité républicaine qui serait considérée comme un fait acquis car pour la très grande majorité des français.

Que révèle l’enquête de 2020 ?

  • Que la laïcité républicaine est un principe de mieux en mieux compris mais… mais que des clivages générationnels persistent quant à sa connaissance et à son attachement. Traduisons, la laïcité est surtout comprise des papy-boomers passés par le pilonnage des cours d’instruction civique de l’école « à la Jules Ferry » des années 1945-1965. La compréhension des jeunes elle, a baissée de 10% dans la seule année 2019 !
  • Passons sobrement sur le fait qu’« une large majorité (68%) la juge comme «instrumentalisée par les personnalités politiques ». Ah bon ?
  • C’est surtout la conclusion finale qui mérite l’attention des « raisonnables » du pôle  « catholique et français toujours » : «  seule une minorité de Français estiment que « la laïcité, en pratique, est un principe qui rassemble ». En logique propositionnelle cela se traduit par : une majorité de français estime que la laïcité est un principe diviseur ! Et boum, comme elle est crue la réalité.

Alors oui, c’est vrai il est souvent reproché à l’Action française de considérer que sa force principale est d’avoir raison. Et on a parfois raison, mais en l’occurrence sur les arguments que lui opposent les « gens sérieux » du pole idéologique « catholique et français toujours », la série des échecs dans la création d’institutions représentatives permettant de diluer l’Islam dans la laïcité ainsi que la perception de l’opinion publique sur le religion d’État, confirment bien la crédibilité de l’analyse de l’Action française. A elle de convaincre les meilleurs éléments du pôle « catholique et français toujours » que le seul dilemme qui se pose est : L’Islamisation ou la monarchie populaire.

Germain Philippe (à suivre)

Pour lire les précédentes rubriques de la série «  L’Islam menace principale », cliquer sur les liens.

  1. France,  maison de la guerre
  2. Maison de la trêve et territoires perdus de la République
  3. Impact sur la France de la révolution islamiste de 1979
  4. Les beurs et la kalachnikov
  5. Le plan d’islamisation culturelle de la France
  6. Islam radical et barbarie terroriste
  7. Pas d’amalgame mais complémentarité
  8. Pôle idéologique islamiste
  9. Pôle idéologique des valeurs républicaines
  10. Face au djihad culturel : politique d’abord !
  11. Prince chrétien et immigration islamisation
  12. Le Prince et la France chrétienne
  13. Le Prince chrétien et la laïcité
  14. balayons le défaitisme républicain