En cati­mi­ni, le gou­ver­ne­ment étend le champ du secret des affaires

En cati­mi­ni, le gou­ver­ne­ment étend le champ du secret des affaires

Secret des affaires ren­for­cé, assou­plis­se­ment des règles sur les mar­chés publics, mul­ti­pli­ca­tion des auto­ri­sa­tions de légi­fé­rer par ordon­nances, notam­ment sur le finan­ce­ment des chambres d’agriculture. Sans oppo­si­tion ou presque, le gou­ver­ne­ment s’en donne à coeur joie à l’Assemblée natio­nale pour déré­gu­ler et déré­gle­men­ter.

C’est un étrange clin d’oeil que les amou­reux du fran­glais appré­cie­ront. Actuel­le­ment exa­mi­née en pre­mière lec­ture à l’Assemblée natio­nale, la loi d’Accélération et sim­pli­fi­ca­tion de l’action publique, dite, « ASAP », dis­pose du même sigle que l’expres­sion anglo-saxonne As soon as pos­sible. Et ce n’est pas vrai­ment volé.

Retrou­vez la suite ici.