Au ciné­ma : Belle-Fille

Au ciné­ma : Belle-Fille

Par Guil­hem de Tra­lé

Belle-Fille, un film fran­çais, réa­li­sé par Méliane Mar­cag­gi, avec Miou-Miou (Andréa, la belle-mère), Tho­mas Dutronc (Florent, son fils), Alexan­dra Lamy (Louise, sa « belle-fille »), Jona­than Zac­caï (Anto, son autre fils) et Léan Léviant (Manon, la fille de Louise). 

Depuis le « bou­cler la cein­ture » de la fin des années 60, les injonc­tions ne manquent pas sous notre Etat Pro­vi­dence avec  » Fumer tue », « ne consom­mez ni trop gras, ni trop sucré, ni trop salé « , « 4 à 5 fruits par jour », et, main­te­nant, les gestes bar­rières, la dis­tan­cia­tion sociale et le masque obli­ga­toire… il y a aus­si dans le train l’o­bli­ga­tion d’é­ti­que­ter ses bagages et de ne pas les quit­ter des yeux…
Tin­tin en savait quelque chose qui s’é­tait fait usur­per sa valise rem­pla­cée par une autre, pour abou­tir dans les geôles de la Répu­blique du San Théo­do­ros 

De même, avec une valise iden­tique, Louise s’est retrou­vée dans le lit de Florent… et la « belle-fille » d’Andrea.

À Domi­nique P. qui m’a signa­lé cette comé­die, au milieu des pay­sages enchan­teurs de l’île de Beau­té,  j’in­dique à mon tour une autre  » belle-fille » mal­gré elle, un drame dont je garde un excellent sou­ve­nir dans les magni­fiques vignobles bor­de­lais, incar­né par Natha­lie Baye en 1983 : J’ai épou­sé une ombre.


PS : vous pou­vez retrou­ver ce « com­men­taire » et 500 autres sur mon blog Je ciné mate.