You are currently viewing 118.000 euros de MSD, 116.000 euros de Roche : faut-il s’inquiéter des liens entre labos et conseils scientifiques ?
French Health and Solidarity Minister Olivier Veran (2ndL) addresses media flanked by head of the department of Tropical Infections and diseases, professor Yazdan Yazdanpanah (L) during a press statement on the coronavirus COVID-19 outbreak at Bichat hospital in Paris, on February 17, 2020. (Photo by GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

118.000 euros de MSD, 116.000 euros de Roche : faut-il s’inquiéter des liens entre labos et conseils scientifiques ?

Les experts-méde­cins des conseils scien­ti­fiques char­gés d’é­clai­rer Emma­nuel Macron pen­dant la crise du coro­na­vi­rus ont tou­ché 450.000 euros des firmes phar­ma­ceu­tiques ces cinq der­nières années. Faut-il s’in­quié­ter pour leur indé­pen­dance ? Elé­ments de réponse.

Sou­ve­nez-vous de Jean-Jacques Mou­rad. Pen­dant la cam­pagne pré­si­den­tielle de 2017, ce car­dio­logue était l’un des conseillers san­té d’Emmanuel Macron. Il avait démis­sion­né après avoir été accu­sé de conflit d’intérêts, pour avoir tou­ché quelque 80.000 euros d’avantages du labo­ra­toire Ser­vier, en trois ans et demi. Et ce, alors que son can­di­dat plai­dait pour le rem­bour­se­ment des médi­ca­ments contre la ten­sion arté­rielle, spé­cia­li­té du groupe pharmaceutique.

Trois ans plus tard, rien n’a chan­gé dans le micro­cosme médi­cal. Par­mi les experts des conseils scien­ti­fiques char­gés de conseiller le chef de l’Etat sur la crise du coro­na­vi­rus, plu­sieurs ont des liens d’intérêts impor­tants avec les labo­ra­toires. L’un d’entre eux s’est vu ver­ser … 251.327 euros d’avantages de la part des firmes, entre 2014 et 2019, selon les chiffres de la base publique Trans­pa­rence san­té. Ces rela­tions d’argent n’empêchent pas l’indépendance d’esprit, mais inter­rogent dans la mesure où une étude uni­ver­si­taire publiée en novembre 2019 a mon­tré que les méde­cins liés aux indus­triels du sec­teur pres­crivent plus de médi­ca­ments que les autres. Car la réponse au coro­na­vi­rus pas­se­ra aus­si par des choix qui impliquent les mul­ti­na­tio­nales du secteur.

La suite